Retour à Bouger

Jeunesse & Santé devient Ocarina

Jeunesse & Santé (J&S), organisation de jeunesse partenaire de la Mutualité chrétienne, devient Ocarina. Un changement de nom qui clôture un travail entamé par le mouvement il y a déjà plus de deux ans.


L’histoire de Jeunesse & Santé remonte à l’après-guerre. À cette époque, la Mutualité chrétienne s’efforce de reprendre ses activités et propose dès 1947 des séjours à la mer, dans les Ardennes ou encore à la montagne. En 1949, elle crée un service de cures d’air préventives (l’an­cêtre de Jeunesse & Santé) dont l’objectif est d’offrir aux enfants la possibilité de partir en vacances et de se refaire une santé après ces années douloureuses. Dans les années 1950, la MC entend rendre la médecine accessible à tous. Le service de cures d’air préventives est alors progressivement remplacé par des séjours pour enfants pendant la période de vacances scolaires.

Les premiers séjours sont déjà accompagnés par des animateurs volontaires qui, sous l’impulsion de la MC, organisent et établissent leur mouvement spécialisé dans l’animation d’enfants en asbl. Les statuts sont déposés au moniteur belge le 24 février 1972… Jeunesse & Santé est né.

Un mouvement en réflexion 

En 2016, à l’occasion de son douzième congrès, Jeunesse & Santé remet en question ses fondamentaux: que signifie la santé et quelle place occupe-t-elle dans le mouvement ? Les vacances proposées sont-elles encore adaptées et attractives ? Le nom définit-il encore l'organisation ? Entre questionnements, réflexions, débats, groupes de travail, deux années de travail s’écoulent. Au centre des décisions, les volontaires redessinent J&S à leur manière. Un nouveau tournant s'amorce:  le 10 octobre dernier, Ocarina voit le jour et se redéfinit autour de six mots-clés : accueil, folie, bien-être, tremplin, inclusion et engagement.

Le bien-être, l’ADN du mouvement 

Ocarina réaffirme l’importance de la santé comme étant au centre de ses attentions. Fort de sa nouvelle appellation, le mouvement souhaite aller plus loin et faire évoluer cette notion vers un concept de bien-être plus global, qui prend en compte d’autres facteurs : le collectif, l’individu, la découverte, la citoyenneté et l’environnement sont autant de moteurs que le mouvement souhaite  utiliser et pour lesquels des outils sont à mis à disposition des volontaires et du mouvement. En les intégrant tous les cinq dans ses différentes activités (séjours, plaines, formations, assemblée générale…), Ocarina veille à prendre soin du bien-être de chacun.

Depuis sa création, le mouvement est piloté par des animateurs volontaires qui suivent un parcours de formation afin d’offrir un encadrement de qualité adapté à tous les âges. En changeant de nom, il veut aussi faire évoluer sa pédagogie au travers d'animations où les valeurs de bien-être, d’entraide, d’intégration, de participation et d’amusement sont mise en exergue.

De l’intégration à l’inclusion

En 1993, AniJHan, un secteur d’animation spécialement conçu pour les jeunes porteurs de handicap, voit le jour. Le mouvement veut alors apporter des solutions de vacances à un public plus fragilisé. 

Aujourd’hui, Ocarina s'offre un relooking pour incarner et traduire au mieux sa nouvelle identité. Le mouvement fait preuve d'audace en voulant aller vers davantage d’inclusion. Partir de l’idée qu’un enfant est avant tout un enfant, avec ses compétences, ses difficultés et ses besoins spécifiques permet d'adopter un regard non plus posé sur la différence, mais sur la complémentarité et les compétences de chacun. Les jeunes en situation de handicap ne sont plus accompagnés dans des activités séparées, mais pleinement intégrés à l’ensemble des séjours.

Ocarina est une organisation de jeunesse portée par et pour les jeunes qui permet, via différentes activités, de s’épanouir et de devenir un CRACS (citoyen responsable actif cri-tique et solidaire). La volonté du mouvement est d’offrir une place à chacun, qu'il soit volontaire ou participant aux activités, place qui répond à des besoins personnels et collectifs. Ocarina se veut un espace d’expérimentation en offrant à chaque jeune, notam-ment par la formation et dès le plus jeune âge, l’opportunité de se construire et d’être autonome tout en étant acteur de sa propre santé.