Retour à Expositions

Une île inspirante

"Petites planètes" ou "tunnels vers le ciel", les photographies de Jacques Bihin flirtent avec l'infini. Inspirées par l'île Saint-Honorat au large de Cannes (France), elles invitent à l'introspection.


Le procédé employé par l'artiste a un petit côté magique. Il mêle prises de vue et informatique. Son nom ? La "stéréographie" ou "panoramique sphérique". Le matériau de départ est constitué de photographies réalisées à 360° et depuis le zénith jusqu'au nadir. Ensuite, une image est reconstituée sous la forme d'une sphère.

Tantôt le montage sera con - cave, et donne l'impression de poser un œil sur une longue vue, au bout de laquelle apparaît une bulle de ciel. Tantôt le montage sera con - vexe. Alors, l'art de Jacques Bihin nous plonge dans un univers proche de celui du Petit Prince de Saint-Exupéry. De petites planètes aux biotopes rudimentaires flottent sur fond de ciels bleus.

L'île Saint-Honorat fournit à la fois le décor et le souffle de ce travail. "L’île est incroyablement photogénique, observe le photographe – également peintre et professeur d'icône, son rivage surmonté d’une végétation luxuriante est un enchevêtrement de rochers dans une mer translucide au milieu d’un ciel éblouissant".

Le lieu habité par une communauté monastique depuis le 5e siècle tient aussi de l'écrin de sérénité. La centaine d'images exposées à Louvain–la-Neuve en 2012 et au sein de la Cathédrale Saints Michel et Gudule aujourd'hui, reflètent à merveilles la beauté du lieu, sa lumière méditerranéenne, son dépouillement monacal. Une invitation à se retirer un instant du monde, à le contempler.

CD