Navigation
Retour à Lectures

Une vie sans déchets

© Ghislain Bruyères © Ghislain Bruyères

L'année se termine. Fermons les yeux et imaginons… l'ensemble de nos sacs poubelles amoncelés au même endroit. Pour nombre d'entre nous, la vision risque d'être bien peu agréable. Chez Sylvie Droulans, les déchets annuels tiennent dans une poubelle ménagère. Une expérience qu'elle raconte dans le livre Zéro déchet sans complexes.


Depuis maintenant deux ans, cette jeune maman s'est choisi un quotidien "zéro déchet". Un mode de vie joyeux, créatif, ludique, confortable et certainement pas dénué de plaisir ! Les éléments déclencheurs, ce sont les naissances de Una et Naïs, ses deux petites filles : "Mon mari et moi, nous nous sommes interrogés : que peut-on faire pour offrir à nos filles une vie saine ? On a commencé à manger bio, à s'affilier à des groupes d'achats, on s'est engagés dans des mouvements citoyens. On pensait que c'était déjà bien. Et puis, je me suis rendue à une conférence de Béa Johnson (1). Elle avait le même modèle familial que nous. Ce fut un moment charnière. J’ai pris conscience qu'il y avait des emballages et des déchets sur tout ce que j'achetais. La moitié du contenu, c'est l'emballage, et il va directement à la poubelle. Ça a été le déclencheur. Si pour Béa c'était possible, alors pour nous aussi".

Zéro déchet, sans douleurs

Sylvie décide alors de faire ses courses ailleurs que dans les supermarchés, elle apprend à organiser son quotidien d'une autre manière. Ces aventures, elle les partage d'abord sur le blog "zéro carabistouille !". Ensuite, vient l'idée de rassembler trucs et astuces dans un ouvrage. Zéro déchet sans complexes est un guide pour les novices et une mine de bonnes idées pour les initiés. On y trouve des recettes, des conseils mais également des éléments de réflexions sur la démarche entamée par cet te famille bruxelloise. "Mon objectif est tout simple, il est de dire à chacun : c'est possible !, explique Sylvie. Le moindre petit pas fait, c'est déjà ça de gagné. Quand on démarre le zéro déchet, il faut commencer par quelque chose qui fait plaisir. Moi, j'ai préparé des biscuits pour mes filles. Ce n'était pas si compliqué, Naïs et Una adorent. Ça m'a donné envie de continuer. Faire soi-même, c'est valorisant."

Lâcher du lest, improviser

Certes, recevoir rapidement des retours positifs est gratifiant mais cet engagement demande du temps. Changer son organisation, ses habitudes, n'est pas toujours simple. "C'est vrai, admet Sylvie Droulans, la situation ne sera pas tout de suite confortable et les essais ne seront pas tous réussis du premier coup. Par exemple, la première version de mon dentifrice maison n'était pas géniale. Ce n'est pas grave ! On peut se dire qu'on ne va finalement pas travailler sur son dentifrice mais sur un produit nettoyant. Et puis, cela m'amène également à penser autrement. Si je ne peux pas faire mes courses tout de suite parce que j'ai oublié mes sacs en tissu ou mes caisses, je les ferai plus tard. J'avais prévu de faire des pâtes au pesto et je n'ai plus de pignons de pin ? Je les remplace par des graines de lin ou de tournesol. C'est une autre manière de voir les choses, se dire qu'on peut improviser, être créatif, changer ses projets. Et c'est agréable de constater que je peux vivre avec moins sans avoir peur de perdre du confort. Selon moi, c'est cela aussi être acteur de sa consommation. Cette conviction aide à se sentir utile et heureux. C'est très riche. Mais c'est un processus qu'il faut appréhender avec lenteur et sans culpabilité. Il faut y aller petit à petit. Et outre la démarche écologique, les avantages en matière de santé et de budget sont indéniables."


Pour en savoir plus ...

Infos : Zéro déchet sans complexes • Sylvie Droulans • Illustrations par Jean Bourguignon • Éd Racine • 2017 • 200 pages • 19,95 euros.

Concours

En Marche et les Éditions Racine vous offrent trois exemplaires de Zéro déchet sans complexes. Pour participer, envoyez avant le vendredi 22 décembre un courriel mentionnant vos coordonnées complètes (nom, adresse, téléphone, numéro d'affiliation et e-mail). Les gagnants seront prévenus par courriel. 

Noël, autrement

Noël arrive, une fête d'abondances alimentaires et de cadeaux. Comment profiter pleinement de ce moment en évitant la profusion de déchets ? Dans son livre, Sylvie Droulans propose quelques pistes et conseils : "Noël, c'est le plaisir d'être en famille. On peut très bien vivre avec un seul cadeau. Quand on en discute entre proches, on remarque souvent que les interminables listes de présents apparaissent le plus souvent comme une corvée et c'est la joie d'être ensemble qui prime. On peut également choisir de faire les cadeaux soi-même, ou choisir un emballage original, comme le furoshiki. C'est un art japonais qui permet d'emballer les choses avec du tissu. Les Japonais utilisent cela pour transporter leur lunch mais aussi pour emballer les choses à offrir. On travaille avec un système de plis du tissu et de noeuds. Visuellement, c'est très beau. Et c'est un double cadeau, car avec le tissu, on peut faire autre chose : un sac, une écharpe… on peut aussi le réutiliser pour faire un autre cadeau. C'est un emballage assez unique, créé spécialement pour la personne choyée. Cela aussi a de la valeur".

Zéro déchet, en famille

L'entame d'une nouvelle vie sans déchets, c'est un choix, qui ne doit pas être vécu comme une contrainte par une partie de la famille. Sylvie Droulans a voulu d'emblée impliquer ses filles dans le processus. "Naïs et Una ont été associées dès le départ. Nous avons commencé par prendre le temps, ensemble, de décomposer l'emballage des céréales. Avec le carton, on pouvait par exemple faire des masques. Mais le plastique, où va-t-il ? Dans les océans ? Est-il dangereux pour les animaux qui y vivent ? Mes filles sont très actives. Bien sûr, elles ont des moments de blues et des envies. Je prends le temps alors de rediscuter avec elles régulièrement, de comprendre quelle est la frustration. Il faut parfois accepter de lâcher un peu du lest, de revenir en arrière pour mieux repartir."