Retour à Éditos

Réussir le retour à la vie normale    

Réussir le retour à la vie normale     (c)M. Detiffe

Les mutualités participent à l'opération "suivi de contacts", dispositif indispensable pour éviter une seconde vague de contamination. L’occasion de rappeler qu’elles sont un acteur essentiel en matière de santé.


Ces dernières années, les mutualités ont parfois été remises en question… Quelle est leur plus-value ? Qu’apportent-elles de plus qu’une administration ?
Et voilà que la crise du Covid nous offre l’opportunité de démontrer une fois de plus notre valeur ajoutée. Les corps intermédiaires (mutualités, syndicats, associations) constituent un maillon essentiel de notre société, capable de se mobiliser rapidement et efficacement pour répondre à des enjeux essentiels.
Quand la pandémie nous a frappés de plein fouet, les organismes assureurs ont immédiatement répondu présents dans les organes de co-gestion de l’Inami, de l’AViQ, d’Iriscare pour prendre les décisions urgentes qui s’imposaient. Des législations ont été modifiées afin de simplifier la vie des membres et éviter les déplacements, par exemple l’acceptation du certificat électronique. Des nouveaux besoins ont été pris en compte et les remboursements ont été adaptés en conséquence, par exemple les téléconsultations des médecins généralistes, mais aussi des logopèdes entre autres. En participant à ces décisions, les mutualités ont pleinement joué leur rôle de relais du terrain et de défense des membres.
Aujourd’hui, la crise sanitaire que nous traversons entame un nouveau chemin. Celui tant attendu, mais extrêmement périlleux, du déconfinement. Pour briser la chaîne de transmission du Covid-19 et éviter une deuxième vague de contamination, les mutualités se sont mobilisées pour organiser le tracing en un temps record.
À cet anglicisme qui fait penser à du suivi à la trace comme dans un mauvais film policier, préférons l’expression "suivi de contacts".  Cette opération permet d’identifier les personnes qui ont été en relation avec un porteur, confirmé ou très probable, du Covid-19. Il s'agit de les informer qu’elles sont elles-mêmes potentiellement porteuses du virus et de leur donner les conseils adaptés. Cette méthode n’est pas nouvelle. Elle a fait ses preuves partout dans le monde pour limiter la propagation de maladies comme la rougeole ou la tuberculose. Cette opération fait partie d'une stratégie globale construite sur plusieurs axes : le dépistage, l'adoption de comportements préventifs, la protection sanitaire pour le public, les soignants et les travailleurs impliqués dans cette crise. Ces actions sont complémentaires pour arriver à limiter la propagation du virus et rapidement intervenir en cas d'émergence de nouveaux foyers.

Accompagner : notre mission
Le suivi des épidémies et, partant, des pandémies est une compétence communautaire. Ce sont dès lors les entités fédérées qui ont été chargées d’organiser ce suivi au travers d’appel d’offres. Les organismes assureurs ont choisi d’y répondre ensemble, convaincus que cette mission était la leur. Face à l’ampleur de la tâche, les mutualités se sont partout associées à d’autres acteurs afin d’offrir une réponse efficace et pérenne pour les mois à venir. Pointons qu’en Région wallonne, nous avons pu poser le choix de travailler avec Entra, une entreprise de travail adapté. Une belle occasion de souligner la plus-value des entreprises à profit social. Il s’agit évidemment d’un rôle crucial, mais aussi extrêmement difficile à endosser.
Après des semaines où chacun est resté cloîtré chez soi, la vie reprend petit à petit ses droits… sous de nombreuses conditions… Les relations sociales sont toujours soumises à des règles strictes et quantitativement limitées. Chacun souffre de ne pas pouvoir encore revoir plus de gens. Mais c’est une nécessité pour rendre le suivi de contacts faisable et tenable.
Les mutualités sont fondamentalement tournées vers l’humain. Notre travail au quotidien est de prendre soin de nos membres et de les accompagner dans leurs questions liées à la santé. Cela s’oublie parfois, mais les organismes assureurs ne sont pas que des boîtes aux lettres pour le remboursement des attestations de soins ! Les mutualités sont aussi un véritable acteur de la santé publique et communautaire.
Nous sommes en contact avec le terrain, nous en connaissons les réalités. Nous les faisons remonter au travers de notre rôle de co-gestionnaire de l’assurance maladie-invalidité.
Tous les jours, nous gérons des dossiers délicats pour les personnes en incapacité de travail, les malades chroniques, les bénéficiaires de l’intervention majorée. Nos collaborateurs ont les compétences pour le faire : tact, connaissance précise des réglementations, sens aigu des relations humaines, écoute et disponibilité. L’ensemble de nos collègues sur le terrain connaissent les réalités des membres et savent comment leur parler, comment leur expliquer.
Nous sommes aussi des gestionnaires de données sensibles. Nous avons l’habitude de protéger la vie privée. Les données collectées dans le cadre de l'opération de "suivi de contacts" sont strictement limitées à cette finalité sanitaire et pour la durée de l'opération.

Pour toutes ces raisons, nous engager dans ce nouvel enjeu de santé publique était une évidence. Car il ne s’agit pas seulement de suivre les contacts, mais plus fondamentalement de rentrer en contact avec les membres et d’être à leur écoute, de pouvoir les conseiller et les accompagner dans cette période difficile.

Éditos précédents

Articles similaires

Ouvrir

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre lettre électronique sur le site de la Mutualité chrétienne via notre applicatation "Préférences de communication par e-mail". Vous n'êtes pas membre MC et vous souhaitez vous abonner à notre lettre électronique, envoyez un courriel à l’adresse enmarche@mc.be