Retour à Politiques de santé

Crise sanitaire : n'oublier personne

© iStock © iStock

Les mutualités joignent leurs efforts pour apporter une aide concrète et locale aux personnes qui en ont particulièrement besoin. Elles prennent part à deux projets lancés cette année à l'initiative du gouvernement fédéral, en vue d'accompagner les publics les plus vulnérables et d'améliorer leur accès aux soins de santé. 


Les personnes les plus fragilisées ont vu la crise sanitaire exacerber leur isolement et leurs problèmes financiers. Pour répondre à ce constat inquiétant, le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a chargé les mutualités de mettre en place un vaste réseau national de travailleurs en santé communautaire, les community health workers (CHW). Le projet consiste à déployer sur le terrain une cinquantaine d'agents dans les quartiers où cela aura été jugé nécessaire. Leur mission : aider les plus vulnérables à utiliser les services de santé et renforcer les connaissances en matière de santé, en particulier celles en lien avec la crise sanitaire. Ces travailleurs, engagés par les mutualités, ont également pour rôle de faire remonter les problèmes structurels rencontrés par ce public pour accéder aux soins de santé. Leur mission se poursuivra jusqu'à la fin de cette année et fera l'objet d'une évaluation, avant de s'étendre, le cas échéant, à d'autres territoires.

Déclinaisons régionales et collaborations locales

En Wallonie, les community health workers bénéficient du soutien de la Fédération des maisons médicales. Une convention de partenariat a également été signée avec le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, facilitant la collaboration avec les organisations de terrain. Dans le cadre de cette mission pilote, les CHW sont actifs dans les secteurs de Verviers-Dison, Liège et Charleroi, ainsi qu'à Eupen et à Kelmis en région germanophone. En Flandre, les CHW seront présents dans les villes d'Anvers, Gand, Genk, Ostende et Tirlemont.

Enfin, à Bruxelles, les CHW travaillent en synergie avec les Relais action de quartier (RAQ), engagés dans le cadre du projet "agir localement pour contrer le virus" (Alcov), spécifique à la région bruxelloise et dont le but est de soutenir les populations fragilisées, en particulier les personnes affectées par le virus. Les équipes des RAQ, constituées d'agents de santé communautaire mobiles, garantissent le relais avec les acteurs de la santé et du social sur le plan local. Leur mission rejoint celle des CHW en ce qu'elles veillent à faciliter l'accès aux aides sociales et aux soins de santé, notamment dans le contextede la crise sanitaire, mais pas uniquement.

Un effort commun

L'ensemble des mutualités collaborent depuis le début de la pandémie pour informer et accompagner leurs membres. Elles s'impliquent également dans la gestion et la sortie de crise sanitaire, que ce soit à travers la mise en œuvre du suivi de contacts (contact tracingou l'établissement de la liste des patients à risques dans le cadre de la campagne de vaccination. Le déploiement des CHW et des agents de prévention s'inscrit dans la même dynamique : "Les mutualités sont habituées à être en première ligne, explique la vice-présidente de la MC Elisabeth Degryse, au nom du Collège intermutualiste national (CIN). En lien direct avec nos métiers et nos valeurs mutualistes, la nouvelle fonction de community health worker fait écho à nos missions d’accompagnement, de sensibilisation et d’information de nos membres. C’est une traduction concrète aussi de nos combats et actions pour réduire les inégalités sociales et d’accès aux soins de santé", conclut-elle.

Pour en savoir plus ...

Plus d'infos sur chw-intermut.be

Une aide spécifique à Bruxelles pour les seniors isolés

Un autre projet intermutualiste a été mis en place à Bruxelles depuis le mois de mai, à l’initiative du Ministre bruxellois de la Santé et de l'Action sociale Alain Maron et de la Ministre de la promotion de la santé Barbara Trachte. Il s'adresse plus spécifiquement aux plus de 65 ans vivant seuls et bénéficiant de l'intervention majorée (statut BIM). Une quinzaine d'agents de prévention répartis au sein des différentes mutualités s'assurent, en les contactant par téléphone, que ces personnes disposent de toute l'information et des ressources nécessaires pour faire face à la crise sanitaire et à ses conséquences. Selon leurs besoins, elles sont réorientées vers les services correspondants. Les témoignages recueillis auprès des 2.500 seniors déjà contactés (l'action devrait se poursuivre jusqu'en octobre) confirment que la crise sanitaire a réduit leur réseau social et aggravé leur isolement. Leurs demandes concernent le plus souvent les aides liées à la perte d'autonomie.