Retour à Sécurité sociale

Le remboursement des lunettes

par Aurelia Jane Lee et Joëlle Delvaux -

© iStock © iStock

Lors de l'achat de verres de lunettes, il est possible de bénéficier d'une intervention de l'assurance soins de santé obligatoire (Inami) et de l'assurance complémentaire de la MC, à certaines conditions. Tout dépend de l'âge du bénéficiaire, du degré de correction nécessaire et du type de verres. Petit résumé pour y voir plus clair...


Assurance soins de santé obligatoire

Jusqu'à 18 ans, une intervention forfaitaire de 28 euros (75% chez un opticien non conventionné, ce qui correspond à 21 euros) est accordée sur la monture de lunettes. Elle ne peut être renouvelée qu'une seule fois. Les premiers verres de lunettes sont remboursés, quelle que soit la dioptrie (1). Lors du renouvellement des verres, pour qu'il y ait remboursement, il faut que la dioptrie diffère d'au moins 0,5 par rapport à la fourniture précédente ou que la dernière fourniture date d'au moins deux ans si la dioptrie n'a pas changé

À partir de 18 ans, il n'y a plus d'intervention sur la monture de lunettes. Sur les verres, une première intervention est prévue uniquement si la dioptrie est supérieure à la valeur de 7,50. Ce nouveau seuil remplace l'ancien seuil de 8,00 depuis ce 1er juin. Cette mesure permettra à davantage de personnes âgées entre 18 et 65 ans de bénéficier d'un remboursement. Lors du renouvellement des verres, il faut que la dioptrie diffère d'au moins 0,5 par rapport à la fourniture précédente ou que la dernière fourniture date d'au moins cinq ans, si la dioptrie n'a pas changé ou a changé insuffisamment.

À partir de 65 ans, une intervention est prévue sur les verres bifocaux ou multifocaux (aussi appelés verres progressifs) dès que la dioptrie est égale ou supérieure à 4,25.

• Les verres avec absorption de la lumière bleue (2) sont remboursés lors d'une première fourniture, peu importe la dioptrie, à condition que la prescription soit justifiée par une raison médicale précise. (3)

• Pour être remboursables, les verres et montures doivent avoir été prescrits par un ophtalmologue. Il est nécessaire de présenter à la mutualité l'attestation de fourniture optique (annexe 15) délivrée par l'opticien, accompagnée de la prescription médicale (avec vignette jaune).

Pour tous les verres remboursables, un tarif (honoraire) officiel est prévu. Il s’agit de montants fixes. Le patient ne paie pas de quote-part personnelle chez un opticien conventionné. Chez un opticien non-conventionné, la quote-part est de 25%. Pour les honoraires prévus, l’opticien doit être en mesure de fournir des verres de bonne qualité. Si le patient choisit des verres de qualité supérieure ou émet des exigences particulières pour ses verres, un supplément peut lui être facturé. L’opticien doit informer à l'avance le patient du coût supplémentaire à sa charge.

Assurance complémentaire de la MC

La prescription médicale et l'attestation de fourniture optique permettent de bénéficier aussi de l'avantage Optique auquel ont droit les membres de la MC en ordre de cotisation. La MC intervient à hauteur de 50 euros par an dans l'achat des verres, lunettes et lentilles, sans condition de dioptrie minimale. Cette intervention est renouvelable tous les trois ans, ou une fois par an en cas de changement de dioptrie de minimum 0,5.


(1) La dioptrie est l'unité de mesure du degré de correction des verres ou des lentilles utilisées pour corriger la myopie et l’hypermétropie. Une dioptrie peut être positive (hypermétropie, presbytie) ou négative (myopie).
(2) Des études tendent à montrer que l'exposition prolongée à la lumière bleue (émise notamment par les écrans) constitue un facteur de risque de dégénérescence maculaire. Elle jouerait aussi un rôle dans le développement de la cataracte.
(3) Par exemple : rétinite pigmentaire, dégénérescences tapétorétiniennes, atrophie du nerf optique...