Santé

Forte de sa longue expérience en thérapie post-traumatique, la professeure Elke Van Hoof a mis au point, il y a quatre ans, une méthode pour soigner l'épuisement professionnel, basée sur les techniques de la psychologie des traumatismes. Cette approche aide les patients à reprendre plus rapidement le travail, considéré comme un élément essentiel à la guérison.

En savoir plus

À partir du 1er juin prochain, la composition de l'Euthyrox® change pour garantir une plus grande stabilité de la teneur en substance active. Cette spécialité est utilisée par 10% des patients belges qui consomment de la lévothyroxine, une hormone de substitution thyroïdienne (1). L'Agence fédérale des médicaments se veut rassurante : dans la grande majorité des cas, la modification ne devrait pas engendrer d’effet indésirable. 

En savoir plus

Le jus de canneberge est traditionnellement recommandé en cas de cystite. Son efficacité thérapeutique n'a cependant pas été scienti­fiquement prouvée à l'heure actuelle. Si elle n'a pas d'effet curatif avéré, cette baie n'est toutefois pas sans vertus et jouerait quand même un rôle dans la prévention des infections urinaires.

En savoir plus

Face aux diverses formes de violence (physique, sex­u­elle, psychologique…), les femmes bénéficient en Belgique d'une batterie de protections de plus en plus étoffées. Cer­taines tardent pourtant - cruellement - à se concrétiser et à se généraliser.

En savoir plus

Plus d'une personne sur quatre n'a pas consulté une seule fois le dentiste en trois ans. C'est ce qui ressort des données de remboursement en soins dentaires rassemblées par toutes les mutualités du pays. Pourtant, consulter le dentiste au moins une fois par an est recommandé pour effectuer des soins courants, détecter d'éventuels problèmes aux dents et aux gencives… Pour les adultes, une visite annuelle permet aussi un meilleur remboursement de nombreux soins dentaires.

En savoir plus

La diminution du remboursement des antibiotiques, instaurée il y a presque deux ans, n’a quasiment pas réduit leur surconsommation. C'est ce que montrent les chiffres de la Mutualité Chrétienne. Certes, les dépenses de l’assurance soins de santé obligatoire ont diminué mais ce sont les patients qui en ont fait les frais. Pour la MC, ce n’est pas le patient qu’il faut responsabiliser mais le médecin car c'est lui qui prescrit ces médicaments.

En savoir plus