Retour à Hôpitaux

Cancer : le chemin difficile vers l'hôpital

© St Bouton © St Bouton

La Fondation contre le cancer lance un appel aux témoignages auprès des personnes suivant un traitement contre le cancer. Objectif : améliorer la prise en charge du transport de et vers l'établissement de soins.

 


Pas facile d'organiser son déplacement vers l'hôpital quand on doit suivre une chimiothérapie ou une radiothérapie…On peut bien sûr mobiliser les proches ou les amis, mais comment faire lorsque les séances se suivent à une cadence soutenue, parfois à un rythme quotidien et pendant plusieurs semaines ? Sans compter que certains soins s'étalent parfois sur plusieurs heures et que la distance entre le domicile et l'établissement de soins peut s'avérer très longue, tant pour l'accompagnateur que pour le malade, qui en sort souvent affaibli.

La Fondation contre le cancer aimerait en savoir davantage à ce sujet. Il ya quelques années, elle avait déjà tenté - en vain - de sensibiliser le monde politique aux difficultés rencontrées par les patients et à l'étrangeté de certaines pratiques. Des exemples? Des sociétés privées, spécialisées dans le transport de malades, exigent des suppléments anormaux en cas d'attente du chauffeur pendant le traitement, voire réclament un supplément "sandwich et boisson" pour celui-ci. Certains véhicules manquent d'hygiène, ce qui pose un problème pour les patients dont le système immunitaire est fragilisé. En outre, les utilisateurs ont de la peine à voir clair dans les tarifs proposés, par les différents prestataires. Enfin, pour compliquer le tout, les législations sont régionales. Ce qui, à Bruxelles, ressemble à un casse-tête: trois systèmes réglementaires se superposent.

"À partir des témoignages du terrain, il semble que la situation soit plus problématique en Wallonie qu'en Flandre, constate Nele Van den Cruyce, collaboratrice à la Fondation contre le cancer(FCC). Et plus compliquée aussi du côté francophone de Bruxelles que du côté néerlandophone. Mais nous devons vérifier et quantifier toute cela avec davantage de précision". L'appel est donc lancé, jusque fin mai, à toutes les personnes suivant ou ayant suivi une chimio et/ou une radiothérapie, de même qu'un traitement de suivi. Un questionnaire anonyme peut être rempli en quelques minutes. A l'issue du dépouillement, la FCC s'adressera au monde politique pour trouver des solutions. Tant au niveau régional que fédéral, compétent pour le remboursement.

Pour en savoir plus ...

0800/15801 • www.cancer.be