Retour à Médecine

Crise liée au Covid-19 : assurer la continuité des soins et des traitements

La consultation ou les soins assistés par vidéo permettent d'assurer la continuité du traitement (c)Istock La consultation ou les soins assistés par vidéo permettent d'assurer la continuité du traitement (c)Istock

Dans le contexte particulier de la crise du Covid-19, l'Inami a pris des dispositions successives pour répondre aux besoins et nécessités en soins de santé. Durant la période de confinement, il s'agissait, en particulier, de permettre aux patients de consulter des prestataires de soins à distance, par téléphone ou vidéo, sans contact physique. D’autres mesures temporaires ont été prises ensuite pour ne pas pénaliser les patients dans le suivi de leurs traitements ni dans les remboursements des prestations de soins.


Avis médical par téléphone, consultations psychiatriques, soins soutenus en kinésithérapie, suivis logopédiques et diététiques, consultations d'ergothérapie, éducation au diabète, consultations psychologiques de première ligne, avis en soins dentaires, suivi pré et postnatal par la sage-femme… Pendant toute la période de la crise liée au Covid-19, il importe de garantir aux patients la continuité des soins, indépendamment de toute intervention urgente. C'est la raison pour laquelle l'Inami a décidé d'autoriser la facturation de certaines prestations de santé à distance.
Plusieurs conditions doivent être respectées pour les consultations ou soins assistés par vidéo :
•le patient consent à cette prestation à distance et est capable de travailler avec un PC ;
•la communication est sécurisée ;
•la prestation est d’une durée réaliste ;
•le nombre de séances remboursées est limité (afin de garantir la qualité des soins).
 
Pour la prestation à distance, le prestataire de soins perçoit un honoraire fixe de l'assurance soins de santé, déterminé par arrêté ministériel. Le patient n'a pas de quote-part à payer sauf pour certaines prestations (ergothérapie, diététique, psychologie de première ligne). Aucun supplément ne peut lui être porté en compte, même si le prestataire de soins n'est pas conventionné.
 
Des autorisations de remboursement prolongées

En raison de la crise du Covid-19, le report de consultations et soins non urgents peut avoir un impact sur le renouvellement des autorisations de médicaments ou produits pharmaceutiques. Tous les accords accordés par le médecin-conseil de la mutualité pour les médicaments et les spécialités pharmaceutiques qui ont une date de fin comprise entre le 13 février et le 30 juin 2020 ont été prolongés automatiquement de trois mois. Le pharmacien peut s’en rendre compte via sa banque de données. Le patient a ainsi davantage de temps pour demander à son médecin de faire le nécessaire pour la prolongation.

 
Des délais de validité postposés pour les remboursements des traitements
 

Depuis le début de la crise sanitaire, il est souvent compliqué de se rendre chez son médecin, kinésithérapeute, dentiste, logopède, diabétologue, dentiste, orthodontiste… Or, une période de validité ou des conditions d'âge sont parfois à respecter pour bénéficier du remboursement de certains traitements. C'est le cas, par exemple, la pour les traitements en kinésithérapie et en logopédie. Ainsi, la date de validité est automatiquement prolongée de six mois. Il n'y a donc aucune démarche à faire. De même, les conditions d’âge et les délais qui s’appliquent dans le cadre d’un traitement orthodontique ont aussi été prolongés de six mois. Quant à la visite annuelle chez le dentiste, permettant de bénéficier l’année suivante de soins dentaires mieux remboursés (trajet de soins buccaux et détartrages), il ne sera pas exigé d'avoir consulté le dentiste en 2020 pour être mieux remboursé en 2021. Il faudra néanmoins avoir réalisé au moins une visite chez le dentiste en 2019.

Ces mesures de prolongation sont entrées en application au 1er mars et seront valables jusqu’à la fin de la crise du Covid-19. 

 
Demander son schéma de médication à son pharmacien


En cas d'hospitalisation pour Covid-19, il est important que les médecins et pharmaciens hospitaliers sachent exactement quels médicaments le patient consomme habituellement. Cela l'est d'autant plus s'il s'agit d'un patient souffrant d'une maladie chronique. En effet, la prise en charge de cette infection virale nécessite l’administration de médicaments qui peuvent interagir gravement avec le traitement habituel et même avec des médicaments que le patient prend de sa propre initiative. En outre, il est crucial que les traitements habituels continuent à être administrés correctement, sans interruption.

C’est pourquoi, il est recommandé au patient chronique de demander à son pharmacien de référence son schéma de médication complet et à jour, et de l'emporter avec lui en cas d’hospitalisation. Ce document peut lui sauver la vie ! À défaut de schéma de médication, il est nécessaire d’emporter à l'hôpital les coordonnées de son pharmacien de référence, mais également de les faire connaître à ses proches. Les soignants pourront ainsi plus facilement contacter le pharmacien. 

 

Pour en savoir plus ...

Consulter la rubrique que l'Inami a consacrée aux mesures prises dans le cadre du Covid-19 à destionation des citoyens : https://www.inami.fgov.be/fr/covid19/Pages/citoyens.aspx 

La Mutualité chrétienne a également consacré une foire aux questions sur les mesures prises  en soins de santé et en indemnité durant cette période de crise sanitaire sur mc.be. Plus d'infos aussi auprès des conseillers mutualistes de la MC ou au 0800 10 9 8 7.

 


Malgré le contexte particulier de la crise du Covid-19, il importe, comme patient, de pouvoir bénéficier de la continuité des soins et ce, indépendamment de toute intervention urgente. Les consultations à distance sont rendues possibles.