Retour à Prévention

Chlamydia : l'importance du dépistage

© Pixabay © Pixabay

La chlamydia est l’infection sexuellement transmissible (IST) la plus souvent diagnostiquée. On estime qu'elle touche 3 à 5% des jeunes adultes. Ils sont de plus en plus nombreux à effectuer un test de dépistage. Une bonne nouvelle, car cette infection asymptomatique peut avoir de graves conséquences.


La chlamydia concerne tant les personnes homosexuelles qu'hétérosexuelles, même si les femmes âgées entre 20 et 24 ans sont les plus fortement touchées. Elle est extrêmement contagieuse et se contracte via un contact sexuel non protégé. Une transmission de la mère à son enfant lors de l'accouchement est également possible.

Quels sont les symptômes ?

La plupart des femmes infectées par la bactérie n’affichent aucun symptôme. Le risque est grand dès lors de transmettre la maladie sans le savoir. Certaines femmes, toutefois, présentent des symptômes qui font penser à une infection urinaire : douleurs, sensation de brûlure au passage de l’urine et douleurs dans le bas ventre. Parmi les autres symptômes possibles : une augmentation et une modification des pertes vaginales et des saignements après les rapports sexuels ou entre les menstruations. Ces symptômes peuvent apparaître quelques jours à quelques mois après la contamination.

Chez les hommes, il est possible d'observer des douleurs, une sensation de brûlure au moment d'uriner, des écoulements provenant du pénis ou des douleurs au niveau du scrotum.

Quelles conséquences ?

En l'absence de traitement, l'affection peut entraîner de graves complications, tels que des troubles urinaires, une infection de l’utérus, des trompes de Fallope, des parties génitales, de l'arthrite, de la conjonctivite ou encore la stérilité. La chlamydia peut également provoquer une infection de la gorge (avec une pharyngite ou absence de symptôme), du rectum et de la constipation.

Quel traitement ?

Un traitement à base d’antibiotiques est généralement prescrit pour traiter la chlamydiose. Comme pour les autres IST, il est important de veiller à ce que le partenaire se fasse traiter au même moment pour prévenir une réinfection. Il est également important de prévenir les partenaires sexuels des six derniers mois afin qu'ils puissent se faire dépister et, le cas échéant, se faire traiter. Le traitement antibiotique ne protège pas contre une nouvelle infection. Aucun vaccin ne protège contre la chlamydia.

Quelle prévention ? La chlamydia peut être évitée grâce à des rapports sexuels protégés. Le dépistage prendra la forme d'un examen médical : frottis – pour les femmes – et prélèvement urinaire – pour les hommes. Le dépistage est également possible sur base d'un premier jet urinaire (urine du matin, ne pas avoir uriné dans les deux heures qui précèdent). Si un risque a été pris, il est très important de faire un test de dépistage, étant donné, comme mentionné plus haut, que la chlamydia est très souvent asymptomatique.

De plus en plus de jeunes font le test de dépistage

D'après les données chiffrées qui concernent ses membres en Fédération Wallonie- Bruxelles, la Mutualité chrétienne observe que de plus en plus de jeunes âgés entre 18 et 25 ans effectuent un test de dépistage pour la chlamydia. Entre 2012 et 2017, le pourcentage de femmes dépistées est passé de 6,80 à 11,37%. Chez les hommes de cette tranche d'âge, il a pratiquement doublé, passant de 2,07 à 4,07%. Chez les femmes, 12,6% des tests ont donné lieu à un résultat positif et à un traitement par médicament. Chez les hommes, le pourcentage s'élève à 14%.

La MC rembourse les préservatifs

La prévention des infections sexuellement transmissibles est un sujet important pour la Mutualité chrétienne. Elle offre à ses membres le remboursement des préservatifs à hauteur de 40 euros par an et par personne. Et comme les jeunes sont particulièrement concernés par la transmission des IST, la MC a adapté le mode de remboursement à ce public cible en particulier. Il suffit de prendre une photo du ticket de caisse avec son téléphone et de le renvoyer en complétant le formulaire en ligne afin d’être directement remboursé sur son compte.

Entre mars et septembre, la MC a mené conjointement avec la Plateforme de Prévention Sida et Durex une campagne de prévention des IST. Plus de 3.000 demandes de préservatifs gratuits ont été enregistrées et plus de 650 téléchargements de demande de remboursement online ont été traités.

>> Plus d'infos : www.mc.be/ist