Retour à Prévention

Covid-19 : les tests sérologiques remboursés sous conditions

Le test sérologique permet de détecter la production d'anticorps au virus circulant dans le sang (c)Istock Le test sérologique permet de détecter la production d'anticorps au virus circulant dans le sang (c)Istock

Le test sérologique du Covid-19 permet de savoir si l’on a été infecté par le virus et si cette infection a déclenché une réaction du système immunitaire. Ce type de test n’est recommandé et pris en charge par l'assurance soins de santé obligatoire que dans des situations précises.


Réalisé au départ d’un échantillon de sang, le test sérologique permet de détecter la production d'anticorps au virus circulant dans le sang. Ce test n'est pas à confondre avec le test de dépistage moléculaire (test PCR - Polymerase Chain Reaction) qui permet, quant à lui, de diagnostiquer si l'on est porteur du virus, que l'on présente ou non des symptômes du Covid-19. Le test PCR consiste en un frottis réalisé au moyen d’un écouvillon au fond de la narine. Dans certains cas, le test sérologique peut être complémentaire au test PCR.

L'institut scientifique de santé publique Sciensano précise que, dans l'état actuel des connaissances, un test sérologique ne permet pas de déterminer si la personne est contagieuse ni si elle est en phase infectieuse ou post-infectieuse. Il n'existe pas non plus de preuve scientifique que la présence d'anticorps protège contre une seconde infection, et combien de temps les anticorps offrent une protection.

Pour ces raisons, les autorités publiques estiment qu'un dépistage systématique de la population n'est pas pertinent. Elles ont décidé de débuter la prise en charge des tests sérologiques par l'assurance soins de santé obligatoire le 3 juin dernier et de la réserver à des indications et conditions spécifiques.
Sans entrer dans les détails, il s'agit, en premier lieu, de situations dans lesquelles le patient, hospitalisé ou non, présente des symptômes du Covid-19 et a subi un test PCR dont le résultat s'avère négatif. "Ces tests permettent de rattraper a posteriori des diagnostics qui n'ont pu être établis par le PCR", expliquait le professeur Michel Goldman, immunologue, dans les colonnes du Journal du médecin (le 30 mai), en soulignant que certaines manifestations de la maladie peuvent survenir de manière retardée par rapport à l'infection.
La deuxième grande indication des tests sérologiques s'inscrit dans le contexte du déconfinement et de la gestion des risques dans les lieux et circonstances qui ont favorisé la transmission du virus. Ainsi, sont entièrement remboursés les tests effectués auprès du personnel travaillant dans les hôpitaux, les laboratoires cliniques ou les collectivités avec haut risque de contagion (maisons de repos, institutions pour personnes handicapées…).

Dans tous les cas, le test doit être prescrit par un médecin et l'analyse effectuée par un laboratoire agréé, avec le matériel recommandé. Si le patient entre dans les indications que l'on vient de décrire, il ne paie rien et aucun supplément ne peut lui être demandé.
L'assurance soins de santé obligatoire ne rembourse pas les tests sérologiques effectués sur des personnes en dehors des groupes cibles (1). Dans ce cas-là, un montant de maximum 9,60 euros peut être facturé au patient. À noter que si de tels tests sont proposés dans le cadre de la médecine du travail, c'est l'employeur qui prend les frais à sa charge.


(1) Les tests doivent aussi être réalisés avec le matériel recommandé et effectués dans un laboratoire clinique agréé (à partir du 1er mars 2020).

Pour en savoir plus ...


 

Il n'existe pas de preuve scientifique que la présence d'anticorps protège contre une seconde infection, et combien de temps les anticorps offrent une protection.