Retour à Prévention

Prendre soin de ses dents passe par le dentiste

© Serge Manceau BELPRESS © Serge Manceau BELPRESS

Plus d'une personne sur quatre n'a pas consulté une seule fois le dentiste en trois ans. C'est ce qui ressort des données de remboursement en soins dentaires rassemblées par toutes les mutualités du pays. Pourtant, consulter le dentiste au moins une fois par an est recommandé pour effectuer des soins courants, détecter d'éventuels problèmes aux dents et aux gencives… Pour les adultes, une visite annuelle permet aussi un meilleur remboursement de nombreux soins dentaires.


La visite chez le dentiste est conseillée dès l'apparition des premières dents chez les tout-petits (1). Cependant, 56% des enfants âgés de 3 et 4 ans ne sont encore jamais allés chez le dentiste. À l'autre extrémité de la vie – chez les plus de 75 ans – 44% n'ont pas consulté de dentiste pendant trois ans. Un contrôle régulier se justifie pourtant à tout âge, même en cas de prothèses dentaires. Les enfants de 5 à 14 ans s'en sortent mieux : seulement un enfant sur six n'a pas été vu par le dentiste en trois ans. Il faut dire que c'est dans cette tranche d'âge que les traitements orthodontiques sont les plus fréquents.

L'étude menée par l'Agence Intermutualiste (AIM) (2) livre d'autres résultats interpellants. Ainsi, les Wallons vont moins souvent chez le dentiste que les Flamands, à l’exception des habitants du Brabant wallon et de la région liégeoise. En Région bruxelloise, la situation est moins bonne encore qu'en Wallonie. On remarque aussi que, malgré des remboursements plus avantageux, les bénéficiaires de l'intervention majorée (BIM) sont jusqu'à deux fois moins nombreux que les autres assurés à se rendre régulièrement chez le dentiste.

Mieux vaut prévenir que guérir

Constater que tant de personnes vont peu, voire pas du tout, chez le dentiste est inquiétant. Pourtant, la population est régulièrement sensibilisée à l'importance de consulter chaque année le dentiste. Pour des raisons de santé en tout premier lieu. En effet, une visite annuelle (ce qu'on appelle l'ex­amen buccal) permet de vérifier l’état de la bou­che et des dents, d'effectuer des soins courants et de détecter d'éventuels problèmes. Et tant mieux si, à l'issue de l'examen, il n'y a rien à signaler de particulier !

À l'inverse, si une carie se développe, elle pourra être dépistée et soignée avant qu'elle ne grossisse. Seul le dentiste peut débusquer des lésions débutantes, parfois un ou deux ans avant l’on ressente les premiers signes d’alerte.

Par ailleurs, lors de la visite de con­trôle, le dentiste peut constater la présence d'un dépôt blanchâtre et collant responsable de l’apparition des caries. Si cette plaque dentaire n’est pas éliminée, elle se trans­formera en tartre. Un détartrage permettra de maintenir en bonne santé l’os et la gencive qui soutiennent la dent.

Le dentiste peut aussi repérer d’éventuels troubles et/ou déséquilibres (mauvaise position des dents, gingivite…) qui nécessitent des traitements.

Enfin, la consultation peut être l'occasion de poser ses questions et d'entendre les conseils avisés du dentiste sur le brossage des dents, l'utilisation du fil dentaire, les bonnes habitudes alimentaires, etc.

Une régularité payante pour le portefeuille aussi

Recommandée pour des raisons de santé, la visite annuelle chez le dentiste est aussi, pour les adultes, assortie d'un incitant financier depuis qu'a été introduit, en 2016, le "trajet de soins buccaux" (voir ci-dessus). On aurait pu espérer que cette mesure améliore significativement la fréquentation du dentiste ces dernières années. Ce n'est malheureusement pas le cas. La progression n'est que de quelques pourcents. Seulement 23,4% des Wallons et 25,6% des Bruxellois (contre 38,4% des Flamands) ont effectué des soins préventifs au moins deux fois (lors de deux années différentes) entre 2015 et 2017. Ces chiffres étaient respectivement de 19,7%, 22,3% et 33,3% entre 2012 et 2015.


À lire ou à jouer

Infor Santé, le service de promotion de la santé de la MC, a conçu plusieurs jeux, livrets et dépliants pour découvrir la santé dentaire de manière ludique.

  • Le livret de jeux Phil chez le dentiste

Phil propose aux enfants de 7 à 10 ans de découvrir l’univers du dentiste. De A à Z, les mots permettent à l'enfant d'explorer le cabinet du dentiste. Des jeux, devinettes, bricolages, coloriages sont proposés. À lire et à jouer à l’école, à la maison, en famille.

  • Le jeu de l'oie Phil chez le dentiste

Sous la forme d'un jeu de l'oie classique, ce poster accompagne agréablement le livret de jeux. L’enfant complète ses connaissances sur la santé dentaire tout en s'amusant. Pas besoin de beaucoup de matériel : un dé et quelques pions... et le tour est joué !

  • Le dossier pédagogique Phil chez le dentiste

Destiné aux enseignants, à leurs élèves et aux acteurs de la santé à l’école, ce dossier propose des repères sur l’univers du dentiste, l’hygiène bucco-dentaire et l’importance d’une bonne dentition. Il fournit des questions/réponses et des activités adaptées aux enfants de 5 à 8 ans et de 8 à 10 ans, à exploiter avec le jeu de l’oie.

  • Le signet Zoé

Ce signet reprend les trois informations es­sentielles pour les parents de jeunes enfants autour de trois ans.

  • Santé dentaire pour tous

Dans cette brochure, découvrez tous les conseils pour une bonne hygiène dentaire à tout âge. Vous saurez tout aussi sur les soins dentaires et leurs remboursements.

Bonnes habitudes et rendez-vous réguliers

Prendre bien soin de ses dents au quotidien, c’est important ! Cela évite des problèmes et des soins plus coûteux... Dans tous les cas, jouez la prévention ! 

  • Effectuez au moins une visite par an chez le dentiste, même en I'absence de douleurs ou de problèmes. Une visite tous les six mois est recommandée aux enfants jusqu'à 18 ans.
  • Brossez-vous les dents au moins 2 fois par jour (matin et soir) pendant minimum 2 minutes avec du dentifrice pour éliminer la plaque dentaire.
  • Choisissez un dentifrice au fluor et adapté à votre âge (moins de fluor pour les enfants).
  • Remplacez votre brosse à dents tous les 3 mois.
  • Utilisez les brossettes ou le fil dentaire afin d’éliminer les bactéries et éviter la plaque dentaire.
  • Privilégiez une alimentation et des boissons saines : mangez au maximum 5 fois par jour (l’émail dentaire a besoin de temps et de repos pour se reconstituer) et buvez de l'eau (les sodas et jus de fruits attaquent l'émail).

>> A chaque âge correspondent des conseils et astuces pour maintenir une bonne santé dentaire. Découvrez le "parcours des dents saines" sur www.mc.be/dento 

Comment sont remboursés les soins dentaires ?

Pour les enfants jusqu'à 18 ans

Les soins dentaires – à l'exception de l'orthodontie – sont, la plupart du temps, remboursés à 100% des tarifs officiels. Cela signifie qu'ils sont gratuits lorsque le dentiste applique ceux-ci. Pour trouver un dentiste conventionné près de chez soi, consultez le module de recherche de la MC sur www.mc.be/prestataires

Pour les adultes

Les remboursements par l'assurance soins de santé obligatoire diffèrent selon que l'on ait bénéficié ou non de prestations en soins dentaires l’année qui précède.

Concrètement, si vous n'avez pas consulté le dentiste en 2018 et qu'il soigne vos caries ou   procède à l'extraction d'une dent cette année, vous serez moins remboursé. Si vous avez le statut BIM (bénéfice de l'intervention majorée), la différence sera fort minime.

Pour être mieux remboursé en 2020, vous avez donc tout intérêt à vous rendre chez le dentiste en 2019. De préférence sans attendre décembre !

Précision importante : la diminution du remboursement ne s'applique pas aux consultations, aux soins préventifs, à l’orthodontie ni à la parodontologie.

En outre, pour un assuré BIM, elle ne s’applique pas non plus aux radiographies dentaires ni à certains honoraires complémentaires.

Le tiers payant, c'est quoi ? 

Ce système permet de payer uniquement sa quote-part personnelle. La mutualité paie alors directement le montant dû au dentiste. Un dentiste peut opter pour l’application du tiers payant lorsque celui-ci est possible.  Dans ce cas, il ne peut pas réclamer des suppléments pour les prestations concernées.

Quelques exemples de prix

  • Entre 18 et 67 ans, l'assurance soins de santé intervient pour un examen buccal préventif par an. Vous payez 64 euros au dentiste qui applique le tarif officiel. Une grande partie vous sera remboursée par la mutualité. Il ne vous en coûtera, au final, que 3,50 euros… ou rien du tout si vous êtes BIM.
  • Il existe différents types d’obturations. Pour le traitement et l'obturation d’un canal d’une dent, par exemple, l'honoraire s'élève à 90 euros. Votre quote-part est de 12,50 euros. Mais si vous n'avez pas visité le dentiste l'an passé, cela vous reviendra à 25 euros. Si vous êtes BIM, ce traitement est gratuit ; sans trajet de soins buccaux, il vous coûtera 1 euro.
  • Le détartrage des dents est habituellement réalisé sur les 4 quadrants. Le tarif officiel s'élève alors à 58 euros (4 x 14,50 euros). Votre quote-part est de 14 euros. Si vous êtes BIM, cette prestation vous est entièrement remboursée. Mais attention : si vous n'avez pas été remboursé pour un soin dentaire effectué l'an dernier, vous ne serez remboursé que de moitié. Le détartrage des 4 quadrants vous coûtera donc 28 euros. Si vous êtes BIM, votre quote-part sera de 14,50 euros.