Retour à Prévention

Un diabétique sur trois s'ignore

© iStock © iStock

6,3% des Belges souffrent de diabète. Mais ce pourcentage ne tient pas compte des nombreux cas non diagnostiqués. L'Association belge du diabète rappelle les risques pour la santé, provoqués par cette maladie chronique, et l'importance du dépistage et de la prévention.


Le diabète est une pathologie liée à l'insuline, une des hormones régulatrices du taux de glycémie dans le sang. Dans le cas du diabète de type 1, le pancréas n'en produit pas assez, alors que le diabète de type 2 résulte, quant à lui, d'une insensibilité des cellules à l'insuline. Le résultat, dans les deux cas, est une hyperglycémie chronique, dont peuvent découler une série de complications, notamment vasculaires. "La persistance d’un taux élevé de glucose dans le sang abîme la paroi des vaisseaux, explique le Pr Régis Radermecker, médecin diabétologue et secrétaire général de l’Association belge du diabète (ABD). Leur fonctionnement s’altère, et ils deviennent moins performants". Sur le long terme, ce mécanisme de détérioration de l'endothélium (NDLR : couche des vaisseaux sanguins en contact direct avec le sang) peut aussi endommager de nombreux  organes, notamment le cœur, les yeux, les reins et les nerfs.

6,3% des Belges sont atteints de diabète, d'après une évaluation datant de 2018 (1). La Belgian Health Examination Survey (BELHES) estime cependant la prévalence totale du diabète à 10 % (2). Cela signifie que plus d'une personne diabétique sur trois n'en aurait pas conscience. Autrement dit, 3% des Belges seraient diabétiques sans le savoir, et donc plus exposés à d'importants risques cardio-vasculaires et à leurs conséquences (AVC, insuffisance rénale, baisse de la vision...).

Le bénéfice d'un diagnostic précoce est, pour la personne diabétique, de pouvoir faire l'objet d'un suivi médical préventif. Un bilan annuel permet de détecter d'éventuels problèmes et de les prendre en charge rapidement. "Actuellement, nous disposons d’outils pour dépister les complications mais aussi, dans de nombreux cas, d’outils thérapeutiques pour y répondre et retarder leur évolution", informe le Pr Régis Radermecker. D'autres facteurs de risque tels qu'un excès de cholestérol, le tabagisme ou l'hypertension peuvent être surveillés par la même occasion.


(1) belgiqueenbonnesante.be
(2) "Enquête de santé par examen", rapport de Sciensano, 2019, consultable en ligne sur enquetesante.be

Pour en savoir plus ...