Retour à Santé mentale

Retourner au travail plus rapidement après un burnout

© iStock © iStock

Forte de sa longue expérience en thérapie post-traumatique, la professeure Elke Van Hoof a mis au point, il y a quatre ans, une méthode pour soigner l'épuisement professionnel, basée sur les techniques de la psychologie des traumatismes. Cette approche aide les patients à reprendre plus rapidement le travail, considéré comme un élément essentiel à la guérison.


"Dans mon cabinet, j'ai constaté un déséquilibre entre le ressenti et la logique, tant chez les patients atteints de burnout que chez ceux qui souffrent de traumatisme. Ils savent objectivement qu'ils doivent prendre du recul et ne pas avoir peur, mais cela ne correspond pas à ce qu'ils ressentent, explique Elke Van Hoof, professeure à la VUB et psychologue en stress et trau­matismes au centre de résili­en­ce. En appliquant les techniques de traitement post-traumatique, nous apportons aux patients l'équilibre qu'ils avaient perdu", poursuit-elle dans le communiqué de la VUB.

Cette approche considère la réintégration au travail comme un élément essentiel à la guérison. Celle-ci est primordiale dès le début du traitement. "Une étape importante dans ce parcours est de retrouver du sens. Il est impossible de guérir totalement d'un burnout lorsque l'on ne se sent pas utile", ajoute Elke Van Hoof.

Sur 400 dossiers clos, une centaine ont été analysés. Il apparaît que plus d'un tiers des patients retournent au travail rapidement après leur incapacité : trois mois en moy­en­ne, soit deux fois plus vite qu'avec les thérapies conventionnelles actuelles. Et le pourcentage de rechute est très faible : moins d'un pourcent des patients traités ces deux dernières années. Il faut souligner que l'objectif de la démarche n'est pas d'imposer un retour forcé au travail. Un repos est essentiel pour se rétablir d'un burnout. Chaque traitement doit être adapté au patient.

Cette technique permet de diminuer la durée de l'incapacité de travail, souligne la professeure. Ce qui entraînera des économies conséquen­tes dans le secteur des indemnités. "Nous avons des entretiens avec les principaux acteurs politiques afin d'obtenir leur engagement pour généraliser cette technique lors de la prochaine législature. Nous espérons pouvoir aider beaucoup plus de patients à retourner au travail et ce, de manière plus durable", conclut Elke Van Hoof.

Pour en savoir plus ...

Plus d'infos : Huis voor Veerkracht (centre de résilience) • www.huisvoorveerkracht.be • Henri Dotremontstraat 30A, 3320 Hoegaarden • 016/20.23.27.