Retour à Soins dentaires

Orthodontie : sourire sans crispations

© iStock © iStock

Avoir un beau sourire, ça peut coûter cher ! De nombreux enfants et adolescents ont recours à un traitement d’orthodontie. Mais à quel moment faut-il le commencer pour éviter trop de frais et surtout pour qu’il soit efficace ? Sous quelles conditions les membres de la MC peuvent-ils bénéficier d’un remboursement ?


Débuter un traitement d’orthodontie n’est pas une simple question d’esthétisme. Il s’agit avant tout d’un enjeu de santé. Avoir une bonne dentition et des mâchoires qui se correspondent et se ferment harmonieusement, c'est important pour le développement de l'enfant. Cela favorise une meilleure élocution. Cela influence aussi la mastication, première étape de la digestion. À l'inverse, un désalignement des dents et un mauvais emboîtement de la mâchoire peuvent entraîner des complications et provoquer des pathologies dans les autres parties du corps : mal de nuque, migraine, etc.

"Au plus tôt, au mieux !"

On associe généralement le traitement orthodontique aux plaquettes en métal collées sur les dents à l'adolescence. Pourtant, certains traitements sont bien plus efficaces s’ils débutent avant la puberté, à savoir vers l'âge de 7-8 ans. Pour Denis Delvenne, dentiste conseil à la Mutualité chrétienne, il est même conseillé de commencer un suivi d’orthodontie vers 4-5 ans. "Même si à cet âge l’enfant ne dispose pas de toutes ses dents définitives, il est possible de déceler et de corriger certains problèmes de croissance et/ou de malpo­sitions dentaires." Un traitement d’orthodontie permet d'élargir la mâchoire de façon rapide et harmonieuse car les os sont encore malléables. à ces âges, le traitement que l’on nomme "traitement orthodontique de première intention", s'étale sur une période de 6 à 9 mois et coûte entre 600 et 700 euros. "Il s'agit souvent d'un petit appareil amovible que l’enfant peut retirer lui-même. Cela permet de résoudre rapidement des problèmes qui nécessiteraient un traitement plus long et plus onéreux à l’adolescence", ajoute Denis Delvenne.

Le traitement généralement appliqué à l’ado­lescence, vers 12 ans, est communément appelé "traitement régulier". "Il s’agit d'un appareil fixe composé de plaquettes collées sur les dents, qui permet d’aligner correctement les dents et de rétablir une harmonie entre les deux mâchoires." Cet appareil est bien plus onéreux pour les parents (entre 2.500 et 3.000 euros) et le traitement s'étale généralement sur deux ans.

Respecter les étapes jusqu’au bout

Pour optimiser l’efficacité du traitement et obtenir un meilleur remboursement, il est recommandé de suivre scrupuleusement toutes les étapes : examen préliminaire, analyse et plan de traitement, pose de l’appareil et suivi mensuel chez l'orthodontiste et ce, jusqu’à la fin du traitement.

"La réussite nécessite une bonne collaboration de l’enfant aux conseils donnés par l’orthodontiste, y compris en phase de contention à la fin du traitement pour stabiliser le résultat obtenu. Même si les dents paraissent déjà bien alignées", préconise Denis Delvenne.

 

 

Des remboursements sous conditions

Les membres de la MC bénéficient de deux, voire trois couvertures en orthodontie :

  1. L’assurance soins de santé obligatoire (AO) est le premier pilier d’intervention en orthodontie. Le traitement de première intention est remboursé jusqu’au 9e anniversaire de l’enfant. Des délais existent aussi pour le remboursement du traitement orthodontique régulier. Une notification de l’orthodontiste doit absolument être introduite à la mutualité avant le 15e anniversaire de l'adolescent et le traitement doit débuter au plus tard dans les 24 mois qui suivent cette notification. Dans certaines situations exceptionnelles, une dérogation à l’âge de 15 ans peut être accordée. Pour encourager le bénéficiaire à suivre le traitement jusqu’au bout, l'intervention s'effectue en deux fois : lors de la pose de l’appareil et six mois après le début du traitement. Les visites mensuelles chez l'orthodontiste sont également remboursées au tarif officiel jusqu’à 36 visites maximum par traitement. 
  2. L’assurance complémentaire (AC) correspond à Dento solidaire. Elle est automatiquement comprise dans les cotisations à la MC. Pour le traitement de première intention, la MC intervient à raison de deux fois 50 euros. Sur le traitement régulier, la MC rembourse deux fois 187,50 euros.
  3. L’assurance facultative (AF) de la MC qui est Dento +. Les membres MC qui ont souscrit à Dento + bénéficient d'un remboursement supplémentaire de 375 euros.

Pas de remboursement pour les adultes

L'assurance obligatoire n'intervient pas dans le traitement orthodontique des adultes (1). Denis Delvenne en explique la raison : "La collectivité n'a pas à prendre en charge des frais qui répondraient à une préoccupation purement esthétique. Et malheureusement, les contraintes budgétaires ne permettent déjà pas de mieux rembourser les traitements d’orthodontie chez les enfants. Il faut aussi  se rendre compte que si le problème est fonctionnel, il nécessite souvent une intervention chirurgicale, couplée à l’orthodontie. Ce qui est très onéreux, exige une longue période de traitement et une bonne dose de motivation".


Pour en savoir plus ...

Pour en savoir plus sur les soins dentaires et l'orthodontie, contacter les conseillers mutualistes MC, appeler le 0800 10 9 8 7 ou surfer sur mc.be/dento