Navigation
Retour à Avantages sociaux et aides aux familles

Du neuf dans le calcul de l’allocation d’Intégration aux personnes handicapées

© iStock © iStock

L’allocation d’intégration (AI) a pour but de compenser financièrement les conséquences du handicap sur les activités quotidiennes de la personne handicapée âgée de 21 à 65 ans : difficultés pour se déplacer, faire sa toilette, cuisiner… Il existe cinq catégories d’AI, selon que la personne handicapée est partiellement ou fortement dépendante. Depuis le 1er août dernier, des changements interviennent dans son calcul.


L’AI est accordée à la personne handicapée en fonction de son degré d’autonomie et d’une série de conditions médicales, administratives et financières. Dans le cadre du calcul de l’AI, il est notamment tenu compte des revenus du partenaire de la personne handicapée. De l’importance des revenus du partenaire peut dépendre le paiement total, partiel ou nul de l’AI… C’est ce que l’on appelle parfois "Le prix de l’amour ".

Qu’est-ce qui change ?

Lors du calcul de l’AI, l’administration pratique un abattement sur les revenus du partenaire, c’est-à-dire qu’une partie des revenus du partenaire n’est pas prise en compte. Au 1er août 2018, cet abattement a été sensiblement augmenté : il a presque doublé. Suite à cette majoration, certaines personnes handicapées entreront dans les conditions pour bénéficier d’une AI ou pourront percevoir un montant plus élevé de cette allocation.

Que va faire l’administration ?

Les services de la Direction générale personnes handicapées (DGPH) vont procéder automatiquement à une révision des dossiers des personnes handicapées qui perçoivent déjà une AI partielle en raison des revenus du partenaire. Ils vont également revoir automatiquement les dossiers pour lesquels la décision au sujet de l’AI prend cours à partir du 1er août 2018 et pour lesquels ils n’ont pas encore tenu compte de l’augmentation du "prix de l’amour". Pour ces cas, à situation égale de revenus, on peut donc entrevoir une augmentation de l’allocation et les personnes concernées ne doivent rien faire.

Que doit faire la personne handicapée ?

La personne handicapée qui, avant le 1er août 2018, avait introduit une demande d’AI mais se l’était vue refusée en raison des revenus trop élevés de son partenaire, doit clairement envisager d’introduire une demande de révision.

Comment le faire ?

Il est conseillé d’introduire une demande de révision sans examen médical via le portail My Handicap. La personne handicapée peut introduire elle-même cette demande de révision en utilisant My Handicap. Il faut pour cela se munir de sa carte d’identité électronique, d’un lecteur de carte et de son code pin. Il faut ensuite compléter le formulaire de demande en ligne. Les services des communes et/ou CPAS, ainsi que les services sociaux de la MC sont également habilités à introduire les demandes via ce portail. Enfin, la révision peut aussi être demandée au moyen du formulaire de contact de la DGPH ou en appelant le numéro de téléphone général (0800.987.99). Lors de l’introduction d’une demande de révision, il est important de bien préciser que cette demande se fait dans le cadre de l’augmentation du "prix de l’amour".

Ne pas attendre…

Il est vivement recommandé d’introduire une demande de révision avant le 1er novembre 2018. En effet, si la révision est demandée dans les trois mois suivant l’adaptation du "prix de l’amour", l’AI peut être payée avec effet rétroactif à partir du 1er août 2018.

Service social

Les Centres de Service social de la Mutualité chrétienne sont à votre disposition pour toute question sociale. Appelez gratuitement le 0800 10 9 8 7 ou surfez sur www.mc.be pour connaître les horaires de la permanence proche de chez vous.