Retour à Bien-être à domicile

Vivre 100 ans et plus chez soi, c’est possible

© Marc Detiffe © Marc Detiffe

En Wallonie et à Bruxelles, 40 centenaires vivent à domicile grâce, notamment, au service de télé-vigilance de Vitatel. La doyenne des bénéficiaires est âgée de 106 ans, le plus jeune compte, lui, 21 printemps. Entre ces deux extrêmes, l’âge moyen est de 83 ans, pour les personnes qui recourent à Vitatel. Une télé-assistance qui, aujourd’hui va plus loin que la désormais classique télé-vigilance.


On peut atteindre un âge avancé et continuer à vivre chez soi. Les 40 centenaires soutenus à domicile par le service de télé-vigilance de Vitatel en sont la meilleure preuve. Une preuve extrême. Car Vitatel soutient aussi près de 9.400 personnes âgées de 80 à 100 ans, chez elles.

"Restons modestes. Pour veiller sur ces personnes, Vitatel s’inscrit dans un réseau plus large d’assistance aux personnes mis sur pied par la Mutualité chrétienne (MC), précise le directeur de Vitatel, Stéphane Belin. Sans oublier l’accompagnement par les aidants proches, familles, amis, voisins…, sans qui tout maintien au domicile serait impossible."

Fondée en 1991 sous le nom de PSD (Permanence Soins à Domicile), et issue du giron de la MC, Vitatel emploie 40 personnes prenant en charge tous les aspects de la télé-assistance, du placement des appareils à domicile aux permanences 24heures sur 24, 7 jours sur 7.

En cas d’alerte chez un bénéficiaire, la centrale de Vitatel se charge d’appeler les intervenants prévus (famille, voisins, amis…), et reste en contact avec la personne en difficulté jusqu’à leur arrivée sur place. Ce contact s’exprime par un petit mot d’encouragement, quelques questions pour rassurer et vérifier que la personne reste confiante et consciente. Si besoin est, la centraliste peut appeler des secours en plus des intervenants : médecin traitant, service 100.

Sans attendre l'accident

Majoritairement, c’est après un premier accident qu’une prise de conscience se fait jour et qu'une personne s'intéresse à la télé-vigilance. Pourtant, "la télé-vigilance devrait être envisagée dès que la situation des personnes devient potentiellement à risque, indique le directeur de Vitatel. En outre, on en parle habituellement pour les personnes seules, mais elle peut très bien s’envisager pour les couples où l’un des conjoints connaît des difficultés. Que fait-il quand il se retrouve seul alors que son compagnon ou sa compagne s’absente pour des courses, par exemple ?", s’interroge-t-il.

Le service en est conscient : la télé-vigilance a un impact psychologique important. Le fait de porter un bouton d’appel évoque au bénéficiaire son état de dépendance en permanence. Une situation parfois difficile à accepter mais qu’il faut apprécier par rapport aux avantages et au soutien apportés.

Même pour les "jeunes"

"La télé-vigilance, c’est pour les vieux". "Faux, fait remarquer Stéphane Belin. Les services de télé-vigilance s’envisagent dans bien d’autres cas : une personne handicapée ou en convalescence à domicile, une grossesse délicate… Une télé-vigilance limitée dans le temps est tout à fait possible pour des personnes temporairement fragilisées nécessitant un soutien particulier. Mais c’est encore loin d’être entré dans les mentalités."

Les chiffres de Vitatel en témoignent. Si plus de 95% de ses bénéficiaires (12.600 personnes), sont âgés de plus de 60 ans, elle soutient près de 250 personnes de moins de 60 ans à domicile, dont 25 de moins de 40 ans. "La proportion est effectivement faible comparée à l’ensemble de nos bénéficiaires. Mais ces chiffres ne doivent pas cacher les êtres humains qui bénéficient de nos services", rappelle le directeur.

Chercher des solutions

La chute est l’un des accidents domestiques les plus souvent rencontrés par les personnes âgées. Elle peut devenir une source d’angoisse. Elle peut survenir lors d’activités banales : en se levant d’une chaise ou en essayant d’attraper un objet tombé par terre, au sortir du lit, au lever du fauteuil, lors d’un déplacement d’une pièce à l’autre… Elle est fréquemment causée par un problème de santé, une glissade, un obstacle… Et peut être liée à la prise de médicaments.

Des chutes à répétition sont souvent le signal d’un problème sous-jacent : souci de santé qui s’aggrave et/ou mauvaise adaptation de l’environnement. L’intervenant à domicile (Vitatel ou autre), doit alors agir. Régulièrement, Vitatel renseigne ou prend contact avec d’autres professionnels du domicile (assistants sociaux, infirmiers, médecins…) proches de la personne pour rechercher des solutions et aider au maintien à domicile.

Pour en savoir plus ...

>> Plus d'infos sur www.mcsoinsadomicile.be ou www.vitatel.be ou via 078/15.12.12

Un réseau d'intervenants

Vitatel fait partie du réseau des acteurs du domicile, mis sur pied par la MC. Ils proposent ensemble une panoplie de services intégrés et complémentaires pour garantir l’autonomie des personnes à domicile dans les meilleures conditions possibles :

  • Aide & Soins à Domicile - centres de coordination, infirmiers, aides familiales, aides ménagères, gardes à domicile, gardes d’enfants malades.

  • Solival - conseils gratuits en adaptations du domicile et en aides matérielles pour améliorer l’autonomie des personnes.

  • Vitatel - services et centrale de télé-assistance 24h/24 pour personnes en perte d’autonomie. Qualias - matériel d’aide et de soins en vente ou en location, produits d’optique et d’audition.