Retour à Services

Incapacité de travail et invalidité

La grande majorité des femmes actives qui ont subi un cancer du sein reprennent le chemin du travail dans les deux ans qui suivent le diagnostic. Tel est le principal enseignement – encourageant – d’une étude inédite menée par la Mutualité chrétienne. Néanmoins, le type de travail, le stade de la maladie et la méthode de traitement ont un impact sur la reprise d'une activité professionnelle.

En savoir plus

Lombalgies, problèmes musculaires de l’épaule, cancer du sein, infarctus, prothèse du genou, syndrome du canal carpien, dépression modérée et burnout : ces huit pathologies sont la cause d’absences plus ou moins longues au travail. Elles font l'objet d'une étude par des experts médicaux pour orienter les médecins lorsqu'ils prescrivent à leur patient une période d'incapacité de travail.

En savoir plus

Qu'ils soient absents de leur boulot depuis quelques mois ou de nombreuses années pour raisons médicales, les travailleurs sont susceptibles de suivre un trajet de réintégration avec leur médecin du travail. Objectif ? Analyser dans quelle mesure un retour dans l'entreprise est compatible avec l'état de santé et, si tel est le cas, avec quels aménagements éventuels. Cette procédure complexe nécessite quelques explications et conseils.

En savoir plus

Le salarié ou le chômeur reconnu en incapacité de travail peut, moyennant autorisation du médecin-conseil, reprendre partiellement une activité professionnelle de salarié durant son incapacité. Depuis le 1er avril 2018, le mode de calcul de l’indemnité versée par la mutualité  a changé. Il n'est plus tenu compte du salaire perçu pour l'activité autorisée mais du volume de travail presté, en référence à un travail à temps plein. Toutefois, une mesure de garantie permet aux  travailleurs toujours indemnisés selon l'ancien système au 30 juin 2018 de le conserver tant que le nouveau système ne leur est pas aussi favorable ou que leur situation ne change pas.

En savoir plus