Incapacité

Une aide financière en plus de l’indemnité versée par la mutualité ?

Accomplir les actes de la vie quotidienne peut être très compliqué lorsque l’on se trouve en incapacité de travail prolongée à la suite d’une maladie ou d’un accident. À certaines conditions, une allocation pour l’aide d'une tierce personne peut être versée en complément de l'indemnité d’incapacité de travai

2 min.
Le médecin-conseil de la mutualité se concentre sur ce que la personne est capable de faire et non ce qu’elle n’est plus en mesure de réaliser.(c) AdobeStock
Le médecin-conseil de la mutualité se concentre sur ce que la personne est capable de faire et non ce qu’elle n’est plus en mesure de réaliser.(c) AdobeStock
Service social

Service social

L’allocation pour l’aide d'une tierce personne est une somme forfaitaire qui s’ajoute à l’indemnité d’incapacité de travail payée par la mutualité. Le montant est identique pour les salariés et les indépendants, et quelle que soit la situation familiale. Il s’élève à 25,96 euros par jour ouvrable (montant indexé au 1er mai 2022). Ce supplément aux indemnités n’est pas imposable, c’est-à-dire qu’il n’est pas pris en compte dans le calcul des impôts.

Quelles sont les conditions ?

La personne en incapacité de travail doit :
• bénéficier d’indemnités payées par la mutualité,
• et être en situation de perte d’autonomie l’empêchant d’accomplir certaines activités de la vie quotidienne.

C’est le médecin-conseil de la mutualité qui évalue le degré d’autonomie de la personne dans les tâches du quotidien. Il se concentre sur ce qu'elle est capable de faire et non ce qu’elle n’est plus en mesure de réaliser.
Selon la situation, le médecin-conseil convoquera la personne ou il prendra une décision en fonction des rapports médicaux reçus. Il posera une série de questions concernant la perte d’autonomie (échelle d’évaluation) et il se basera également sur l’anamnèse et un examen clinique.

L’échelle d’évaluation se présente sous forme d’un système hiérarchi que. Si toutes les réponses d’une catégorie sont positives, le médecin-conseil s’arrête là dans l’évaluation. Si l’une des réponses est négative, il passe à la catégorie suivante. Il attribue des scores en lien avec le degré d’autonomie.
Les fonctions évaluées sont :
• se déplacer,
• absorber ou préparer sa nourriture,
• assurer son hygiène personnelle et s’habiller,
• assurer l’hygiène de son habitat et accomplir des tâches ménagères,
• vivre sans surveillant, être conscient des dangers et en mesure de les éviter,
• communiquer et avoir des contacts sociaux.

Lors de l’évaluation, le médecin-conseil tient compte de certains principes. Parmi ceux-ci :
• Les activités doivent pouvoir être effectuées de manière indépendante, sans grands efforts, sans devoir y consacrer un temps exagéré, en toute sécurité, sans danger pour la personne ou autrui.
• La personne doit être capable d’effectuer l’activité sans aucune aide.

Comment introduire la demande ?

La personne doit introduire sa demande auprès du médecin-conseil de sa mutualité. La démarche peut être faite aussi par un proche, par un assistant social ou par le médecin-conseil lui-même. La personne peut se faire aider par un conseiller mutualiste ou par le service social de sa mutualité.
L’allocation pour l’aide d’une tierce personne est octroyée au plus tôt à partir du 4e mois d’incapacité de travail. La période accordée par le médecin-conseil est de minimum trois mois. La demande peut être renouvelée avant la fin de la période reconnue. L'octroi de l'allocation se termine au plus tard lorsque la période d’incapacité de travail prend fin.

Plus d'infos : Les Centres de Service social de la MC sont à votre disposition pour toute question ou information sociale. Contactez le service social de votre mutualité. 

Lire aussi :

(c)iStock

Comment déclarer son incapacité de travail à la MC

Bon à savoir

• Pour des personnes qui bénéficient d’indemnités d’invalidité et vivent dans le même ménage, l’allocation pour l’aide d'une tierce personne octroyée à l’un des deux peut être financièrement défa vorable au couple. Cela peut influencer le taux d’indemnisation.

• En cas d’hospitalisation ou d’hébergement en maison de repos et/ou de soins ou dans un éta blissement de soins psychiatriques, le droit à la tierce person ne est suspendu dès le 1er jour du 3e mois d’hospitalisation ou d’hébergement et ce, jusqu’à la fin de la période.

Service social

Les Centres de Service social de la Mutualité chrétienne sont à votre disposition pour toute question sociale. Appelez gratuitement le 0800 10 9 8 7 ou surfez sur www.mc.be pour connaître les horaires de la permanence proche de chez vous.