© iStock © iStock

Il arrive qu’une incapacité de travail, une maladie ou une perte d’autonomie suscite de nombreuses questions et engendre des difficultés sociales, familiales ou financières. Dans ces situations, les assistants sociaux de la Mutualité chrétienne sont là pour écouter, soutenir, accompagner et trouver, avec la personne concernée, des solutions adaptées à ses besoins grâce à leurs partenaires.


Quand la maladie survient

Lorsque la maladie survient et qu’elle nécessite des soins de santé prolongés, elle peut bouleverser la vie quotidienne d’une personne et engendrer une perte de repères, des questions sur l’avenir, une diminution des revenus et/ou une augmentation des dépenses médicales. Dans ce cas, il lui est conseillé de s’adresser au service social de sa mutualité (1). Des assistants sociaux prendront le temps de la recevoir et d’écouter ses interrogations en toute confidentialité. S’adresser au service social de la MC permet, entre autres, de prendre un temps de recul avec un professionnel qui pourra donner une information personnalisée sur les droits, les aides et les services disponibles (statut af­fection chronique, services d’aide à domicile, etc.). Une personne malade chronique peut également consulter le Point info malades chroniques sur le site web de la MC pour obtenir des informations sur les droits et avantages existants (2).

Quand l’incapacité de travail se prolonge

Suite à une maladie ou un accident, il arrive qu’il faille interrompre son travail plus ou moins longtemps. Cette situation peut être difficile à vivre d’un point de vue professionnel et/ou familial, en particulier lorsque l’incapacité se prolonge. Les assistants sociaux sont disponibles pour écouter les questionnements qui en découlent et accompagner les personnes concernées dans l’élaboration d’un nouveau projet de vie. En outre, quand des difficultés matérielles et/ou financières apparaissent, il est recommandé de s’adresser sans tarder au service social de sa mutualité pour être informé sur les aides disponibles en fonction de son statut (salarié, chômeur ou indépendant). Les assistants sociaux de la MC peuvent également accompagner une personne qui souhaite reprendre une activité professionnelle ou un volontariat. Le portail dédié à l’incapacité de travail sur le site web de la MC regorge aussi d’informations pratiques (3).

En cas de perte d’autonomie

Un accident, une maladie, un handicap ou encore la prise d’âge peut mener à une perte d’autonomie. Bien que des adaptations (de ses habitudes de vie, de son domicile …) soient parfois nécessaires, le souhait de nombreuses personnes est de rester chez elles. Pour mieux répondre aux demandes spécifiques que peut susciter cette perte d’autonomie, la MC propose une permanence téléphonique dans le cadre de son nouveau service “Autonomie & Domicile” (4). Des conseillers en autonomie sont là pour orienter les personnes de manière personnalisée vers les services partenaires adéquats et trouver des solutions adaptées à chaque situation (adaptation du domicile, soins infirmiers, aides ménagères et familiales, matériel (para)médical, etc.).

En tant qu’aidant proche

Les personnes qui subissent une perte d’au­tonomie bénéficient souvent de l’aide d’un proche pour réaliser les tâches de la vie quotidienne qu’elles ne sont plus capables d’accomplir : préparer un repas, faire sa toilette, entretenir son domicile, l’accompagner à des rendez-vous médicaux, effectuer des démarches ad­ministratives, etc. Selon le temps que l’aidant proche consacre à son proche en perte d’autonomie, il arrive qu’il/elle s’essouffle, voire s’épuise. Il est donc vivement conseillé à ces personnes de prêter une grande attention aux premiers signes de fatigue qu’elles ressentent afin d’éviter une situation d’épuisement. Le service social peut également leur donner des conseils et des informations personnalisées sur les solutions de répit (5), les congés thématiques et les crédits-temps prévus pour leur permettre de souffler de manière ponctuelle ou régulière.

Quand les difficultés financières persistent

Dans ce type de situations, il arrive d’être confronté à des difficultés financières en raison de dépenses médicales élevées. Il est alors recommandé de s’adresser au service social de sa mutualité pour vérifier son accès à certains droits et avantages. Si malgré l’accès à ces dispositifs d’aide, une personne continue d’éprouver des difficultés financières, elle ne doit jamais hésiter à recontacter un(e) assistant(e) social(e) de la MC pour trouver une solution adaptée à temps et éviter d’aboutir à une situation de surendettement ou à un report de soins indispensables.


Service social

Les Centres de Service social de la Mutualité chrétienne sont à votre disposition pour toute question sociale. Appelez gratuitement le 0800 10 9 8 7 ou surfez sur www.mc.be pour connaître les horaires de la permanence proche de chez vous.