Retour à Maladies chroniques et handicap

Davantage de séances de kiné pour traiter la fibromyalgie

© iStock © iStock

Les patients atteints de fibromyalgie ou du syndrome de fatigue chronique (SFC) devraient pouvoir à nouveau bénéficier de 60 séances spécifiques de kinésithérapie par an. Le Conseil d'État a annulé l'arrêté royal qui avait limité le nombre de séances à 18 sur une année, une fois au cours de la vie (1).

 


La fibromyalgie se traduit par des douleurs musculaires et articulaires chroniques, une fatigue permanente et des troubles du sommeil. Des troubles digestifs, de l’anxiété et des maux de tête sont parfois aussi présents. Comme son nom l'indique, le syndrome de fatigue chronique (SFC) se caractérise par une fatigue chronique, voire de l'épuisement, les symp­tômes s'aggravant avec l'effort physique et ne se réduisant pas avec le repos. Aucun examen ne permet de détecter des lésions ou des inflammations qui expliqueraient les symptômes de ces maladies chroniques invalidantes.

Autrefois, les personnes souffrant de ces pathologies pouvaient bénéficier d'un remboursement de 60 séances de kinésithérapie de 30 minutes par an. Mais depuis 2017, le nombre de sé­ances au meilleur taux de remboursement a été réduit à 18 par an, limité à une fois durant toute la vie. Dans le même temps, la durée des séances est passée de 30 à 45 minutes. Cette décision, la ministre fédérale de la Santé l'avait prise en référence aux recommandations de bonne pratique formulées par des experts internationaux : dans les premiers temps, pour ces deux groupes de patients, sont nécessaires essentiellement du coaching, de l'éducation et du suivi intensifs. Ensuite, il s’agit plutôt de séances d’exercice de rafraîchissement.

L’asbl Focus fibromyalgie et l’Union des kinésithérapeutes de Belgique avaient rapidement déposé un recours au Conseil d'État contre l'arrêté royal du 17 octobre 2016 instaurant ces changements. Ils viennent d'obtenir gain de cause. La juridiction estime injustifiée la différence de traitement opérée entre les patients qui conservent 60 séances par an en raison d'une pathologie chronique et ceux atteints de fibromyalgie ou du SFC. Par conséquent, l’ancien régime est rétabli. Le cabinet de la ministre et l'Inami analysent actuellement les conséquences juridiques de cette décision. La MC attend des directives complémentaires de l’Inami quant aux procédures de traitement des dossiers existants et à venir. Les patients concernés seront informés en temps utile s’ils devaient bénéficier de remboursements supplémentaires pour des séances de kiné reçues depuis le 1er janvier 2017. Ils devraient pouvoir à nouveau bénéficier de 60 séances de 30 minutes de kiné par an pour traiter et soulager leurs symptômes.