Retour à Maladies chroniques et handicap

Incontinence : quelles aides financières ?         

par Point Info Malades Chroniques -

(c)iStock (c)iStock

Une proportion non négligeable de la population souffre d’incontinence. Quand ce problème persiste malgré les traitements, des interventions financières existent pour faire face aux frais liés à l’achat de matériel.


L’incontinence urinaire est un trouble très répandu, qui touche davantage les femmes et dont la prévalence augmente avec l’âge. Elle peut être provoquée par une multitude de causes selon que l’on soit une femme (affaiblissement des muscles du périnée causé par l’accouchement ou survenue après la ménopause, infections, interventions chirurgicales, prise de poids, etc.) ou un homme (troubles de la prostate, médicaments, troubles neurologiques). La prise en charge (rééducation, médicaments ou chirurgie) varie en fonction du type d’incontinence diagnostiquée.
L’incontinence fécale touche principalement les personnes âgées, mais elle n’épargne pas les jeunes et en particulier les femmes. On estime qu’entre 4 et 8% de la population belge souffre de ce trouble qui reste encore tabou. Les anomalies congénitales de l’anus et du rectum, les accouchements traumatiques ou encore la radiothérapie comptent parmi les causes à l’origine de ce trouble.
Quand l’incontinence persiste malgré les traitements conseillés par les médecins, diverses aides financières peuvent être sollicitées pour faire face aux dépenses liées à l’achat de matériel.

Les forfaits incontinence

L’assurance soins de santé obligatoire prévoit deux types d’intervention :

a) le forfait pour l’incontinence urinaire incurable (ou "mini forfait ")

Ce forfait est alloué aux personnes souffrant d’incontinence urinaire reconnue durable et incurable par leur médecin généraliste. L’intervention s’élève à 170,68 euros par an (1). Elle est octroyée aux conditions suivantes :  

  1. Présenter une forme non traitable d’incontinence urinaire,
  2. Ne pas avoir bénéficier d’un forfait incontinence au cours des 12 mois précédents, 
  3. Ne pas séjourner dans un établissement de soins (hôpital, maison de repos ou maison de soins),
  4. Ne pas bénéficier d’une intervention de l’assurance obligatoire pour l’usage de matériel d’autosondage ou de bandagisterie (récolteur d’urine, sonde…).

Pour bénéficier de ce forfait, la personne doit télécharger le formulaire de demande d’intervention ici ou se le procurer auprès d’un conseiller mutualiste. Après l’avoir fait compléter par son médecin généraliste, elle le transmettra au médecin-conseil de sa mutualité régionale. Si elle répond aux conditions d’octroi vérifiées annuellement par la mutualité, elle pourra bénéficier du forfait pendant trois ans.

b) le forfait pour les personnes dépendantes (ou "maxi forfait ")

Ce forfait est destiné à l’achat de matériel d’incontinence (urinaire et/ou fécale) et est accordé aux personnes en situation de dépendance. L’intervention s’élève à 522,92 euros par an (1). Elle est octroyée aux conditions suivantes :

  1. Avoir obtenu un accord du médecin-conseil pour un traitement de soins infirmiers (forfait B ou C) pendant au moins 4 mois durant les 12 mois qui précèdent la demande,
  2. Correspondre à un score de 3 ou 4 points pour le critère "incontinence" de la grille de dépendance (2) (formulaire complété par le médecin),
  3. Ne pas séjourner dans un établissement de soins. En revanche, le séjour dans une institution des fonds régionaux (l’AViQ en Wallonie, le PHARE à Bruxelles ou la VAPH en Flandre) n’empêche pas l’octroi du forfait.

Si la personne bénéficie de soins infirmiers et répond aux conditions d’octroi, elle ne doit rien faire pour bénéficier de ce forfait. Le paiement est effectué automatiquement par sa mutualité sur base de données informatiques. Si ce n’est pas le cas, la personne qui estime être dans les conditions pour en bénéficier peut faire la demande auprès de sa mutualité. Si elle ne bénéficie pas de soins infirmiers, elle doit demander à son médecin, à un médecin-conseil ou à un infirmier mandaté par son médecin de compléter la grille de dépendance et la transmettre à un conseiller mutualiste.     

Les interventions des fonds régionaux

Lorsque la personne incontinente est porteuse d’un handicap reconnu par un fonds régional (AViQ, PHARE ou VAPH), elle peut bénéficier d’une intervention complémentaire à celle de la mutualité pour supporter les frais relatifs à l’achat de matériel d’incontinence. Cette intervention complémentaire est accessible sous conditions, variables d’une région à l’autre dans le cadre des aides individuelles à l’intégration.

Bon à savoir : En Wallonie et à Bruxelles, il n’y a pas de limite d’âge dans les interventions, pour autant que la personne ait été reconnue handicapée avant 65 ans et que la demande soit en lien direct avec le handicap qui a fait l’objet de la reconnaissance. En Flandre, il faut être âgé de moins de 65 ans lors de la première demande d’intervention.


 

Pour en savoir plus ...

Plus d’infos sur les demandes d’intervention : En Wallonie : AViQ • 0800/16.061 • www.aviq.be – En Région bruxelloise : Service PHARE • 02/800.82.03 • www.phare.irisnet.be – En Flandre : VAPH • 02/225.84.11 • www.vaph.be       

Point Info Malades Chroniques

Consultez de nombreuses informations spécifiques sur www.mc.be/maladie-chronique.

Vous aussi, posez votre question par e-mail à maladie-chronique@mc.be. Précisez vos nom, adresse légale ou numéro de registre national. Un relais vers votre mutualité régionale pourra être organisé si nécessaire.