Retour à Maladies chroniques et handicap

La facture salée de la reconstruction des seins

© Reporters_Oredia © Reporters_Oredia

Les femmes qui, pour raisons médicales, optent pour certaines techniques de reconstruction mammaire sont souvent confrontées à des factures très élevées. Un accord avec les chirurgiens esthétiques vient d'être conclu par les mutualités pour garantir aux femmes l'accessibilité financière et de qualité à ces techniques.


Pas facile de subir l'ablation d'un sein, voire des deux, après un cancer du sein. C'est l'image féminine qui en prend un coup. La reconstruction mammaire permet toutefois de restaurer tant la forme que le volume du sein.

Cette intervention est remboursée par l’assurance soins de santé obligatoire mais, depuis des années, les patientes doivent payer le prix fort, car certains médecins facturent d’énormes suppléments, comme le confirme l'Agence intermutualiste sur la base des données récoltées auprès de ses sept mutualités membres entre 2009 et 2013.

Dans près de la moitié des cas, des prestations médicales non remboursables sont facturées… Les montants déboursés varient entre 2.000 et 4.000 euros.

L'analyse se concentre sur une intervention de reconstruction mammaire en particulier – le Diep – qui consiste à utiliser uniquement des tissus corporels. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Ainsi, dans les chambres où des suppléments d'honoraires sont autorisés (soit 60 % des cas), ceux-ci se situent une fois sur deux dans une fourchette variant entre 1.620 et 7.680 euros. En plus, dans près de la moitié des cas, des prestations médicales non remboursables sont facturées, et ce quel que soit le type de chambre. Les montants déboursés par les patientes varient entre 2.000 et 4.000 euros.

Depuis plusieurs mois, les mutualités menaient des négociations difficiles avec les médecins spécialisés en chirurgie esthétique. Elles viennent d'aboutir à un accord. Pas de supplément d'honoraires en chambre commune ou à deux lits. Un plafond de 100 % de suppléments d’honoraires facturables en chambre individuelle. Une revalorisation des honoraires des chirurgiens esthétiques à charge de l'assurance soins de santé. Un meilleur suivi multidisciplinaire. Telles sont les grandes lignes de cet accord que les mutualités veilleront à voir respecté.

Pour en savoir plus ...