Retour à Soins de santé

Retourner chez soi après une convalescence

Préparer le retour à domicile, c’est souvent prévoir les relais nécessaires.
© Istockphoto Préparer le retour à domicile, c’est souvent prévoir les relais nécessaires.
© Istockphoto

Séjourner dans un centre de convalescence permet de suivre une rééducation, de bénéficier de soins adaptés, de reprendre des forces après une intervention chirurgicale ou un traitement à l'hôpital… Après un tel séjour bienveillant et sécurisant, le retour à domicile ne va pas toujours de soi. Dominique Marchandise, infirmière sociale à Séjours et santé à Spa Nivezé, explique l'importance de bien préparer l'après-convalescence.


En Marche : Tout d’abord, comment organisez-vous l'accueil du patient ?

Dominique Marchandise : L'entrée au centre est un moment très important. Ma collègue assistante sociale ou moi-même constituons le dossier de la personne, le plus souvent avec l'aide des proches qui l'accompagnent. On aborde les questions médicales bien sûr. On rassemble toutes les informations pratiques pour que la convalescence se passe au mieux... On s'intéresse aussi à la situation familiale de la personne, à son lieu de vie, aux aides éventuelles dont elle bénéficie déjà à domicile. Toutes ces informations seront utiles lorsqu'il s'agira de préparer sa sortie.

EM : Comment la durée du séjour est-elle déterminée ?

DM : Un séjour de convalescence aigue dure minimum 15 jours et en moyenne trois semaines. C'est le médecin du centre qui estime, en fonction de l'évolution médicale du patient, si le séjour doit être prolongé ou peut s'achever. Le patient peut également demander à rester plus longtemps. Mais de toute façon, le séjour ne dépasse pas deux mois.

EM : Comment préparez-vous l'après-convalescence ?

DM : Notre centre dispose d'une équipe soignante expérimentée, composée de médecins, d'infirmières, de kinésithérapeutes et de diététiciennes qui mettent tout en œuvre pour aider le patient à récupérer et à retrouver au plus vite son autonomie. C'est dans cette perspective que nous organisons régulièrement des conférences-animations sur la prévention des chutes.

De même, une fois par mois, un ergothérapeute se tient à la disposition des résidents et de leur famille pour expliquer les possibilités d'aides techniques et d'adaptations du logement. Si nécessaire, l'ergothérapeute constituera un dossier qu'il transmettra à l'ASBL Solival, le service de conseils en adaptation du domicile partenaire de la Mutualité chrétienne. À noter aussi que le résident pourra quitter le centre avec le matériel nécessaire (rollator, béquilles…).

EM : Comment s'organise la sortie du patient ?

DM : 15 jours avant la fin du séjour, nous contactons la famille pour savoir comment s’effectuera la sortie en tant que telle : transfert en ambulance, transport par les proches…. Le plus souvent, on convient d'un rendez-vous préalable pour préparer au mieux le retour à la maison et prévoir les relais nécessaires. Ainsi, si l'état de santé du patient nécessite des soins infirmiers ou des aides à domicile, nous prenons généralement contact avec le service ASD.

Il arrive que le patient dise ne pas avoir besoin d'aide mais nous vérifions auprès des proches ce qu'il en est réellement. Dans certains cas, on leur conseille de contacter Vitatel pour organiser de la télé-assistance. Toutes nos démarches sont guidées par le souci d'assurer le bien-être de la personne dans son lieu de vie.

Parfois aussi, le séjour est l'occasion d'enclencher des démarches pour mettre en ordre les droits sociaux du patient : administration des biens, aide financière du CPAS, remboursement de matériel… Le service social de la mutualité est alors souvent notre interlocuteur privilégié.

Préparer le retour à domicile, c'est enfin – bien évidemment – se mettre à l'écoute du patient, répondre à ses questions, le rassurer. Ma collègue et moi tenons des permanences et nous rencontrons les résidents et leurs proches sur rendez-vous.

En Marche : Il arrive aussi, je suppose, qu'un retour à domicile soit difficilement envisageable en raison de la perte d'autonomie et de l'isolement de la personne ?

DM : Il est de plus en plus fréquent de voir arriver en revalidation des personnes très âgées qui, jusqu'alors, avaient vécu seules chez elles de manière relativement autonome. Une fracture, une affection grave nécessitant une hospitalisation, et la dépendance les contraint à repenser leur avenir. Certaines personnes s'accrochent à leur indépendance et acceptent avec beaucoup de réticences des aides à domicile pour pouvoir quand même retourner chez elles.

D'autres se rendent compte que le moment est venu d'entrer en maison de repos et de soins pour bénéficier d'un encadrement adéquat. Notre rôle est d'orienter la personne et sa famille vers les services et structures qui peuvent les aider et les accompagner.

Pour en savoir plus ...

Plus d'infos sur les séjours à Spa Nivezé : 087/79.00.00 • www.sejoursetsante.be

Convalescence : la MC intervient financièrement

Les frais de séjour dans les centres de convalescence sont entièrement à la charge du patient. Seuls sont remboursés les soins de santé par l'assurance soins de santé obligatoire. Persuadée des bienfaits de la convalescence depuis toujours, la Mutualité chrétienne (MC) dispose de trois centres de convalescence et de vacances : Spa Nivezé à Nivezé (en Ardenne), Ter Duinen à Nieuwport (à la mer) et Hooidonk à Zandhoven (en Campine). Ils sont accessibles à tous mais les membres de la MC en ordre de cotisations bénéficient de conditions financières avantageuses dans le cadre de l'assurance complémentaire.

Pour tous les séjours qui débutent à partir du 1er janvier 2017, les conditions d'intervention financière dans les trois centres Séjours et santé sont uniformisées pour les convalescents aigus et chroniques : l'intervention s'élèvera à 33,60 euros par jour pour l'assuré ordinaire et à 63,60 euros pour le bénéficiaire de l'intervention majorée (1).

Le nombre maximal de jours d’intervention sera de 60 jours par situation pathologique. Par ailleurs, une intervention supplémentaire sera octroyée à tous les convalescents : 28,50 euros par jour pour l'assuré ordinaire et 13,50 euros par jour pour le bénéficiaire de l'intervention majorée. Avec un maximum de 30 jours.

Précisons enfin qu'à certaines conditions, la MC intervient dans les frais de séjours dans un autre centre de convalescence reconnu, à raison de 15 euros par jour (maximum 20 jours) par deux années calendrier.