Retour à Éducation

L'école de demain, tous avec un écran ?

(c)iStock (c)iStock

Comment les familles ont-elles vécu l'enseignement à distance ? La Ligue des familles publie les résultats d'un sondage mené auprès de 1.505 familles wallonnes et bruxelloises sur l'accès au matériel, les frais de dépenses, les impacts sur l'apprentissage et surtout le bien-être des enfants. Des leçons à tirer pour l'avenir d'un enseignement plus numérisé.


Respect du distanciel oblige, cela faisait des mois que le numérique s'était immiscé dans la vie des familles afin d'assurer la scolarité des jeunes malgré la crise. Selon les résultats du sondage mené par la Ligue des familles pour les élèves à partir de la troisième secondaire, un enfant sur deux n'avait pas d'ordinateur ou de tablette personnelle pour suivre les cours à distance. Plus précisément, "seuls 39% des élèves pouvaient suivre les cours et rédiger leurs travaux sur leur propre ordinateur et 9% sur leur propre tablette." Sans surprise, ce sont les familles à faibles revenus qui ont eu plus de difficultés à assurer l'enseignement à distance faute de matériel. Trois quarts des familles sondées ont dû dépenser 300 euros ou plus pour se procurer un ordinateur ou une tablette. Ces frais pouvaient monter jusqu'à 800 euros, voire plus.

Une petite partie des familles a pu bénéficier d'une aide pour s'équiper. Certains ménages précarisés ont reçu l'aide du CPAS ou d'associations et des familles plus favorisées ont pu utiliser le matériel mis à disposition par leurs employeurs. "Force est de constater que l’aide octroyée a été mal répartie, profitant même un petit peu plus aux familles aux revenus les plus élevés (18%) qu’à celles à bas revenus (17%). Ceci peut s’expliquer par le fait que le Gouvernement n’a pas donné aux écoles les outils nécessaires pour attribuer le matériel aux familles qui en avaient le plus besoin." Quant à l'impact sur l'apprentissage, le bilan semble peu réjouissant : "Seuls 25%des enfants ont ainsi appris 'plus facilement' qu’en temps normal, tandis que 67% expérimentaient des difficultés renforcées." Pour la Ligue, il est impératif de développer une stratégie numérique, basée sur l'intérêt pédagogique, en respectant la gratuité scolaire et le bien-être des enfants (droit à la déconnexion des élèves, accompagnement technique...).