Environnement

Eau en bouteille : beaucoup de déchets et pas toujours sûr

Selon un rapport de l'Institut sur l’eau, l’environnement et la santé de l’Université des Nations unies, l'industrie de l'eau en bouteille compromet l'accès à l'eau salubre pour tous, produit beaucoup de déchets et ne garantit pas toujours la qualité.

2 min.
© Adobe Stock
© Adobe Stock
Sandrine Cosentino

Sandrine Cosentino

Plus d'un million de bouteilles d'eau sont vendues dans le monde chaque minute et la consommation annuelle mondiale est estimée à 350 milliards de litres. L'Institut sur l’eau, l’environnement et la santé de l’Université des Nations unies (UNU-INWEH), basé au Canada, s'est penché sur ce secteur économique ayant connu une croissance de 73 % entre 2010 et 2020. Dans leur rapport, les chercheurs concluent que l'expansion de l'industrie de l'eau en bouteille n'est pas alignée stratégiquement sur l'objectif du Millénaire pour le développement (l'objectif 7c) de fournir un accès universel à l'eau potable. "L’augmentation de la consommation d’eau en bouteille reflète des décennies de progrès limités et de nombreuses défaillances des systèmes publics d’approvisionnement en eau", a déclaré le directeur de l’institut, Kaveh Madani, dans un communiqué.

Le rapport indique également que fournir de l'eau potable aux quelque deux milliards de personnes qui en sont privées nécessiterait un investissement annuel inférieur à la moitié des 270 milliards de dollars dépensés aujourd'hui chaque année pour l'eau en bouteille.

Selon plusieurs enquêtes, l'eau en bouteille est souvent perçue dans les pays du Nord comme un produit plus sain que l'eau du robinet. Dans les pays du Sud, les ventes sont motivées par le manque ou l'absence d'approvisionnement public fiable en eau et par les limites des infrastructures de distribution d'eau dues à l'urbanisation rapide. Pourtant, le litre d'eau en bouteille peut coûter 150 à 1.000 fois plus que le prix de l'eau du robinet. Selon Zeineb Bouhlel, chercheuse à l'UNU-INWEH et co-autrice de l'étude, plusieurs facteurs sont susceptibles d'altérer la qualité de l'eau en bouteille. Elle a constaté également que les embouteilleurs d'eau étaient généralement moins surveillés que les services publics de distribution d'eau. Le rapport énumère des exemples de contamination de centaines de marques d'eau en bouteille dans plus de 40 pays de toutes les régions du monde.

À tout cela, s'ajoute le problème de la croissance rapide des déchets plastiques des bouteilles. Selon les chercheurs, l'industrie aurait produit environ 600 milliards de bouteilles et de récipients en plastique en 2021, ce qui correspond à quelque 25 millions de tonnes de déchets PET (polyéthylène téréphtalate), dont la plupart ne sont pas recyclés et sont destinés aux décharges.

Autant de raisons pour tenter de changer ses habitudes en consommant plus d'eau du robinet.

Pour lire le rapport (en anglais) : inweh.unu.edu