Retour à Environnement

Pollution de l'air : ça coûte cher !

(c)iStock (c)iStock

1.250 euros : c'est ce que coûte, en moyenne et par an, la pollution de l'air à chaque Européen selon l’Alliance européenne pour la santé publique. La plateforme d’ONG s’est penchée sur les coûts de la pollution atmosphérique dans 432 villes du continent (1). Bruxelles, première ville belge, pointe en 21e place du classement.


Congés de maladie, hospitalisations, décès prématurés... La pollution atmosphérique a un coût en Europe. Il s’élevait à 166 milliards d’euros en 2018, selon l'Alliance européenne pour la santé publique qui a étudié la question dans 432 villes européennes. Chaque habitant a donc subi une perte moyenne de 1.250 euros à cause de la mauvaise qualité de l'air. Les différences d'une ville à l'autre sont importantes : pour Londres, métropole la plus affectée, la perte dépasse les 11 milliards d’euros par an. Elle est de plus de six milliards pour Bucarest et plus de cinq milliards pour Berlin. Pour Bruxelles, seule ville belge à seretrouver dans le top 25 du classement effectué par l'Alliance, la facture est estimée à plus d’1,5 milliard d’euros. Chaque Bruxellois perd en moyenne 1.390 euros. D’autres villes belges sont également mentionnées dans l'étude : à Mons, chaque habitant perd 1.000 euros ; à Liège, 830 et à Charleroi, un peu moins de 800 euros.

En ville, la principale source de pollution de l'air, ce sont les transports qui dégagent des particules fines. La combustion de carburants, que ce soit par des véhicules ou via le chauffage des habitations, émet du dioxyde d’azote qui, combiné à l'ozone, s'avère très dangereux pour la santé des habitants. L’Alliance européenne pour la santé publique invite donc les autorités nationales et locales à tenir compte des coûts sociaux de la pollution de l’air dans leurs politiques de mobilité urbaine et leur recommande – logiquement - de réduire les transports roulant aux énergies fossiles pour privilégier les mobilités non polluantes, d’autant que des activités physiques comme la marche et le vélo ont un impact positif en matière de santé publique. La plateforme rappelle par ailleurs que des études ont démontré qu'un air pollué augmente la mortalité chez les patients atteints du Covid-19.


1. "Health cost of air pollution in Euro-pean cities and the linkage with trans-port", S. de Bruyn & J. de Vries, EPHA,2020