Navigation
Retour à Environnement

Se masquer pour le climat

(c) maskbook - pointculture (c) maskbook - pointculture

Mêler créativité et engagement, voilà ce que propose PointCulture. Il est question de pollution de l'air, de bricolage… et finalement de mobilisation en ligne.


"En Chine, comme nous portons tous des masques contre la pollution, chez nous Facebook devrait s'appeler Maskbook", lançait l'artiste chinoise Wen Fang, en préparation de la COP21, le sommet international sur le climat de 2015. Avec quelques comparses venant de 12 pays et réunis sous le nom d'Art of Change 21, ils passent du clin d'œil à l'action. Ils donnent alors vie au concept de Maskbook. Ils se servent de "l’image potentiellement anxiogène du masque anti-pollution". Ils la renversent pour en faire "un symbole de solution face à la crise environnementale." Car, à leurs yeux, de la sensibilisation citoyenne viendra le changement.

L'invitation est lancée tous azimuts – singulièrement chez nos voisins français : créez un masque avec des matériaux recyclés ou encore de façon digitale, puis partagez-le en ligne. Depuis, plus de 1.500 portraits masqués, venant des quatre coins du monde s'affichent sur la toile. Aujourd'hui PointCulture entre en piste et relaye l'action sur le sol belge. Notre intention, explique Pierre Hemptinne, directeur de la médiation culturelle, c'est de "faire entendre, faire sentir, faire toucher l'inéluctable. Et ce de manière concrète, pour que ça s'inscrive dans nos cultures et nos représentations du monde (…)".

L'opération Maskbook colle parfaitement aux souhaits de PointCulture, en particulier pour sa saison thématique "Nature Culture". Mêler les sphères artistiques, scientifiques et militantes ; créer des moments et ouvrir des espaces pour penser demain, libérer la parole et l'imaginaire, voilà le programme. Concrètement, cela prend la forme d'une récolte de portraits masqués de personnalités (1), d’artistes et de citoyens belges de tous âges ; cela passe par des ateliers tout public pour ceux qui voudraient concevoir leur masque accompagnés, par une exposition itinérante et par une nuit des masques (soirée apéro animée par des DJ) consacrée à trois thèmes-clés : santé, pollution et climat. À vos masques.


Pour en savoir plus ...

Les rendez-vous Maskbook 

Des ateliers tout public

• PointCulture ULB Ixelles : le mardi 14 février de 12 à 14h.

• PointCulture Liège : le samedi 18 février de 14 à 17h;

• PointCulture Charleroi : le samedi 4 mars de 14 à 17h.

• PointCulture Louvain-la-Neuve : le mercredi 15 mars de 14 à 17h.

• PointCulture Namur : le samedi 18 mars de 14 à 17h.

La nuit des masques (avec atelier, photomaton, apéro, animation DJ)

• PointCulture Bruxelles : le vendredi 17 février de 18 à 23h;

>> Tous les détails sur www.pointculture.be

PointCulture, vous situez ?

Pour faire simple, les PointCulture sont les anciennes médiathèques. Ces services publics consacrés au prêt de médias, privilégiant les courants musicaux et cinématographiques en dehors du mainstream, entendez des grandes productions commerciales, et faisant la part belle aux productions belges.

Devenant PointCulture, ces lieux ont endossé une mission plus large, celle de devenir des "agences de développement culturel", au départ du territoire où ils résident. Ils diffusent, assurent la promotion de la culture made in Fédération Wallonie Bruxelles, mais ils vont aussi plus loin. Par exemple, en mettant à la disposition des associations culturelles des outils – notamment des plateaux médias. Autre exemple, en regroupant les acteurs autour de thématiques communes pour amener le grand public à s'interroger et à agir. L'opération Maskbook s'inscrit dans cette perspective.  De Bruxelles à Charleroi en passant par Namur ou Liège, avec aussi des PointCulture mobiles amenés à circuler sur le territoire de la Fédération Wallonie Bruxelles.