Retour à Environnement

 Zéro phyto, c'est parti !

© iStock © iStock

Depuis le 1er juin, les pesticides sont interdits dans tous les espaces publics de Wallonie. Parcs, cimetières, bordures de route, aires de jeux devront désormais être désherbés mécaniquement, ou aménagés différemment.


"Pesticide" est un terme générique qui regroupe les herbicides (pour tuer les "mauvaises herbes"), les insecticides, les fongicides (pour faire disparaître les champignons) et les parasiticides (contre les vers ou les limaces par exemple). Certains pesticides ont déjà fait l'objet de mesures restrictives en Wallonie, comme le fameux glyphosate, interdit aux utilisateurs non formés depuis mars 2017, ou les pesticides contenant des néonicotinoïdes depuis juin 2018.

Cette mesure contre l'usage des pes­ticides dans les espaces publics fait partie du "Programme wallon de réduction des pesticides". Les premiers plans de réduction avaient débuté en 2013. Jusqu'ici, durant une phase de transition de cinq ans, il était encore possible d'obtenir une dérogation pour utiliser des désherbants chimiques. C'est désormais interdit sur l'ensemble du territoire wallon.

Des alternatives ont dû être trouvées pour l'entretien des espaces verts communaux. Avec à la clé, parfois, un changement de paysage. Car désherber mécaniquement prend plus de temps, évidemment. Du coup, en fonction des espaces, on a parfois opté pour une pelouse à la place du gravier, qu'il ne faut ainsi plus dés­herber. On va aussi davantage laisser pousser les herbes et les fleurs sauvages là où c'est envisageable, sur le bord des routes par exemple, et rendre ainsi certains espaces à la biodiversité et aux insectes pollinisateurs.