Retour à International

Déchets électroniques : des millions d'enfants en danger     

(c)IMAGO (c)IMAGO

Les déchets électroniques issus des appareils électriques alimentent les décharges à ciel ouvert des pays pauvres et menacent la santé des enfants qui y travaillent. Dans un rapport inédit, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lance un cri d'alarme. 


"Chaque année près de 53 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques sont produits dans le monde, dont seulement 17 % sont recyclés de façon formelle, observe l’OMS dans son rapport. Le reste finit dans des décharges ou est envoyé dans des pays du tiers-monde. Environ 18 millions d’enfants travaillent dans le secteur industriel, dont le recyclage de déchets électriques et électroniques est un sous-secteur." Nigeria, Cameroun, Inde, Pakistan, Mexique ou Uruguay… L’OMS a identifié des décharges électroniques dans au moins 15 pays. De très jeunes enfants, de moins de cinq ans parfois, y aident leurs parents à décortiquer ordinateurs, smartphones et autres téléviseurs à l'obsolescence rapide. Leurs petites mains sont plus efficaces pour soustraire les métaux rares (or, cuivre…) qu’ils renferment.  
Ces appareils contiennent aussi des métaux (plomb, mercure, cadmium…) et beaucoup d’éléments chimiques toxiques comme des dioxines, des éthers diphényliques polybromés (PBDE), des esters de phtalate ou des bisphénols, précise encore l’OMS. Ces substances, en étant brûlées notamment, contaminent l’air, l’eau, la nourriture, mais affectent aussi le neurodéveloppement des enfants présents dans les décharges ou vivant à proximité. "Plus tard, ils auront des problèmes de comportement ou un quotient intellectuel plus bas que la moyenne. Or, ces dégâts sur le cerveau sont irréversibles"déplore l'OMS. 
Les femmes enceintes qui travaillent dans ces décharges font également courir un risque important aux fœtus. Outre le risque de naître avec une taille et un poids anormaux, ces bébés pourront connaître par la suite des problèmes thyroïdiens, immunitaires, des modifications de leur ADN… Et développer plus tard des pathologies comme le cancer, le diabète ou des maladies cardiovasculaires. 
Pour lutter contre l’exportation des "e-déchets" et réduire l’exposition des enfants à cette pollution croissante (son volume a augmenté de 21% ces cinq dernières années), l’organisation plaide pour un développement de l’économie circulaire dans les pays industrialisés, l’amélioration de la durée de vie de ce type de produits et l’utilisation de matériaux moins toxiques et plus facilement recyclables. Et, bien sûr, de bannir définitivement le travail des enfants.