Vie professionnelle

Mieux encadrer le retour au travail

Près d'un demi-million de Belges sont en incapacité de travail. Pour soutenir ces malades de longue durée dans leur parcours de réintégration au monde de l'emploi, le gouvernement s'appuie sur des coordinateurs "retour au travail" attachés aux mutualités. Explications.

3 min.
(c) AdobeStock
(c) AdobeStock
Julien Marteleur

Julien Marteleur

Lorsque la maladie empêche de reprendre le travail pendant une durée importante, il peut s'avérer difficile de remettre le pied à l'étrier. Durant cette période d'incapacité, il arrive également que le malade réévalue le rapport à son cadre de travail, ou envisage carrément une reconversion professionnelle. Si une partie des personnes concernées trouve les ressources pour reprendre le chemin du travail de manière individuelle, d'autres ont besoin d'un coup de pouce.

Le coordinateur "retour au travail"

Depuis le 1er janvier, le gouvernement a mis en place un trajet "retour au travail" sous l’encadrement d’un coordinateur "retour au travail"(RAT). Ce parcours, coordonné par la mutualité et dans lequel on agit plus tôt, de manière plus ciblée et personnalisée, a pour but d'accélérer et d'augmenter les retours vers un emploi approprié. Le fait d'avoir un emploi ou d'être en capacité d'entreprendre des démarches dans ce sens constitue un élément important du processus de rétablissement. Investir dans un parcours de retour au travail présente de nombreux avantages : occuper un "bon" emploi, adapté aux possibilités et aux souhaits du travailleur, a un effet positif sur la santé. La personne se sent valorisée socialement et, de leur côté, les entreprises ont de plus en plus conscience de l'importance d'organiser adéquatement le travail de leurs employés. Elles sont davantage sensibles aux politiques de recrutement inclusives qui augmentent leurs chances d'attirer les profils adéquats à leur mode d'organisation.

En étroite collaboration avec des équipes de médecins-conseils, kinésithérapeutes, infirmiers, ergothérapeutes et psychologues, le coordinateur RAT renforce spécifiquement l'accompagnement des membres en incapacité de travail qui expriment le souhait et peuvent reprendre le travail. Ensemble, ils examinent les possibilités et les attentes. Le coordinateur assure, avec l'autorisation du membre, les liens nécessaires avec, par exemple, le médecin du travail, le médecin traitant, l’employeur, le service externe de prévention et de protection au travail, le Forem, etc. L'objectif est d'aider à retrouver un emploi durable et adapté le plus rapidement possible, à condition bien sûr que l'état de santé de la personne le permette. 

Le trajet : mode d'emploi

Un trajet "retour au travail" peut être initié soit par le médecin-conseil, soit à la demande du membre lui-même.

- Via le médecin-conseil :

10 semaines après le début de l'incapacité de travail, le médecin-conseil vous demande de remplir un questionnaire. Ce questionnaire doit être transmis au médecin-conseil dans un délai de 2 semaines.

Dans le courant du 4e mois d’incapacité de travail, le médecin-conseil fera une première estimation de vos "capacités restantes" (les capacités physiques et psychiques suffisantes pour un retour sur le marché du travail), ceci sur base d'un examen médical et du questionnaire complété. En fonction de l’évaluation de vos capacités, le médecin-conseil peut ou non faire appel au coordinateur RAT.

Vous avez un contrat de travail ? Si un premier contact est établi, le coordinateur RAT vous orientera, avec votre consentement et l’accompagnement nécessaire, vers le conseiller en prévention-médecin du travail en vue d’une demande de visite préalable à la reprise du travail ou du démarrage d'un trajet de réintégration auprès de l'employeur.

- Sur demande personnelle :

Prenez contact avec votre mutualité. Si nécessaire, vous recevrez un questionnaire à compléter et transmettre au médecin-conseil dans un délai de 2 semaines.

Dans un délai d'un mois à compter de la transmission du questionnaire complété, le coordinateur RAT organisera une première rencontre au cours de laquelle il vous expliquera son rôle dans l’accompagnement et le suivi de votre trajet. Il identifie avec vous la première étape du trajet à entreprendre.

Vous avez un contrat de travail ? Lors de cepremier contact, le coordinateur RAT vous orientera, avec votre consentement et l’accompagnement nécessaire, vers le conseiller enprévention-médecin du travail. En effet, celui-ci est sollicité pour une visite préalable à la reprise du travail ou au démarrage d'un trajet de réintégration auprès de votre employeur. 

Vous n’avez pas de contrat de travail ou vous n’êtes pas orienté vers le conseiller en prévention-médecin du travail ? Après ce premier contact, le coordinateur RAT demande au médecin-conseil l’autorisation d’entamer et de coordonner un trajet "retour au travail". Si le médecin-conseil estime qu'entamer un tel trajet n'est pas compatible avec votre état de santé général, le coordinateur organisera une nouvelle rencontre avec vous, dans le mois qui suit la rencontre précédente, pour discuter de l'évaluation faite par le médecin-conseil et pour adapter éventuellement l’objectif de votre trajet.

À l'entame du trajet, vous signerez une déclaration positive d’engagement, de même que le coordinateur RAT et le médecin-conseil de votre mutualité. Dans le mois qui suit la signature de cette déclaration, le coordinateur RAT organise avec vous un premier entretien de suivi pour rédiger un plan de réinsertion. Ce plan définira au minimum les objectifs envisagés ainsi que :

• le résultat final visé ;

• une action concrète ; 

• un rendez-vous concret pour un prochain entretien de suivi.

Le coordinateur RAT collaborera étroitement avec le médecin-conseil et son équipe pour assurer un suivi adapté à la réalité du membre.

Pour en savoir plus ...

>> Plus d'infos sur mc.be