Vie professionnelle

Travail : un certificat d'absence en cas de test au Covid

Un questionnaire en ligne existe pour évaluer l'utilité de se faire dépister au Covid. Depuis le 19 novembre, le travailleur salarié qui, après avoir utilisé ce module, se voit conseillé de faire un test reçoit automatiquement un certificat d'absence destiné à son employeur

3 min.
(c)iStock
(c)iStock
JD

JD

Toute personne peut procéder à une auto-évaluation en ligne sur masante.belgique.be pour savoir si un test de dépistage au Covid peut être utile. Si elle présente des symptômes légers (1) qui pourraient être liés à une infection au coronavirus, elle recevra immédiatement un code qui lui permettra de faire un test gratuit dans un centre de test ou une pharmacie. Pour protéger la vie privée, les réponses au questionnaire ne sont pas enregistrées. Une copie du questionnaire rempli (PDF ou papier) sera donc demandée lors de la réalisation du test.
Une convention collective de travail (CCT) prise par la Conseil national du travail précise que le travailleur salarié qui se voit conseillé d'effectuer un test après avoir utilisé ce module reçoit automatiquement un certificat d'absence destiné à son employeur (2). La mesure a pour objectifs d'alléger la charge de travail des généralistes et d'empêcher les salariés contaminés de se rendre sur leur lieu de travail.
Le certificat indique le jour et l'heure où le code d'activation a été émis. Il est valable comme certificat d'absence pour se faire tester (dans un délai de maximum 36 heures). Le salarié qui télétravaille est autorisé à s'absenter pendant le temps nécessaire pour passer le test. Ensuite, il doit reprendre le travail à distance jusqu'à ce que le résultat du test soit connu. Il informera alors son employeur de la reprise du travail ou de la poursuite de son absence pour maladie. Afin de garantir le respect de la vie privée, le salarié n'est cependant pas tenu de lui divulguer le résultat de l'auto-évaluation ou du test.
En cas de résultat positif au Covid, le salarié doit s'isoler à domicile et contacter le médecin traitant qui assurera le suivi. 


(1) Un questionnaire ne peut pas remplacer un examen médical. En cas de symptômes graves, d'appartenance à un groupe à risque ou de détérioration rapide de l'état de santé, contacter toujours un médecin.
(2) La CCT expirera le 28 février 2022. Jusqu'à cette date, un salarié pourra recourir trois fois maximum à la possibilité de s'absenter du travail pour un test Covid en utilisant l'outil d'auto-évaluation.

Toute personne peut procéder à une auto-évaluation en ligne sur masante.belgique.be pour savoir si un test de dépistage au Covid peut être utile.

Le retour du télétravail obligatoire

Afin de juguler une 4e vague de contaminations au Covid-19, les autorités du pays ont décidé de rendre à nouveau le télétravail obligatoire dans le secteur privé et les administrations publiques, sauf si la nature de la fonction ou la continuité des activités ne le permettent pas. 

Les personnes qui ne peuvent pas faire du télétravail à domicile doivent disposer d'une attestation de leur employeur ou de toute autre preuve confirmant la nécessité de leur présence sur le lieu de travail.

Par semaine, un jour de présence sur le lieu de travail est autorisé pour chaque travailleur en télétravail obligatoire. Ce sera maximum deux jours par semaine à partir du 20 décembre. Par jour, un maximum de 20% de ceux pour qui le télétravail à domicile est obligatoire, peut être présent simultanément dans l'entreprise, et à partir du 20 décembre, ce maximum sera de 40%. Pour les PME occupant moins de dix personnes, maximum cinq personnes peuvent être présentes simultanément. Cette mesure, doit aider à réduire le nombre de contacts, également dans les transports en commun.

Si l’employeur oblige le travailleur à venir au bureau plus d’un jour par semaine (ou plus de deux jours à partir du 20 décembre) alors que le télétravail est possible, le travailleur peut contacter : 

  • son employeur ou son supérieur pour lui en parler ; 
  • les membres du Comité pour la prévention et la protection au travail (ou la délégation syndicale en leur absence) ; 
  • le conseiller en prévention du Service interne et/ou externe pour la prévention et la protection du travail ; 
  • la direction régionale de la Direction du Contrôle du bien-être au travail

Plus d’informations sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale.