Retour à Vivre ensemble et citoyenneté

Hospi, décès... à qui confier nos petits compagnons ?

Revoir son animal de compagnie a un effet bénéfique sur le patient quel que soit son âge.
© Villa Samson Revoir son animal de compagnie a un effet bénéfique sur le patient quel que soit son âge.
© Villa Samson

Près de la moitié des propriétaires de chats et de chiens perçoivent leur animal comme un support émotionnel au quotidien (1). Il est aussi considéré comme un membre de la famille à part entière. Alors que faire lorsqu'il faut s'en séparer au moment de l'entrée en maison de repos ou en cas d'hospitalisation ? Et que deviendra-t-il en cas de décès du propriétaire ?


Il y a presque un an, Roger s’apprêtait à entrer en maison de repos avec son épouse. Il s'inquiétait beaucoup pour Enzo, son chihuahua de sept ans. "Il devait continuer à vivre sans moi et être heureux", confie l’octogénaire. Une aide-ménagère lui parle alors de l'asbl "Binôme humain-animal" de Christiane Claes. Cette asbl assure à ses membres de trouver, pour leur animal domestique, une famille d'accueil temporaire, en cas d'hospitalisation par exemple, ou définitive. En maison de repos, il n'est pas toujours permis de vivre avec son animal de compagnie. "Beaucoup de personnes âgées sont confrontées à la question de l'avenir de l'animal lorsqu'elles ne peuvent plus s'en occuper ou qu'elles ne seront plus là, explique Christiane. Parallèlement, d'autres ne souhaitent plus reprendre un animal car elles ont peur pour l'avenir de ce compagnon. Le but de l'association est de promouvoir la cohabitation la plus longue possible entre l'animal et son propriétaire. Et de trouver des solutions en cas d'hospitalisation, d'entrée en maison de repos ou de décès." L'asbl est suivie par plus de 24.000 personnes sur Facebook.

Roger et son chihuahua, Enzo, sont heureux de se retrouver.Aujourd’hui, Roger est rassuré. Marguerite, la nouvelle propriétaire de son petit chien, lui envoie des vidéos et lui rend visite à la maison de repos quand c’est possible. "Dès le début, le contact est bien passé avec Enzo. Un jour, il n'a pas mangé car il était triste. Mis à part cela, tout se déroule très bien, il est adorable, se réjouit Marguerite. J'ai aidé deux fois : Roger qui sait que son chien est bien et Enzo qui me tient maintenant compagnie." Et s'il arrivait malheur à Marguerite, elle sait que l'asbl sera de nouveau là pour son chihuahua : "Ma fille travaille et ne pourra pas le prendre. J'ai aujourd'hui l'esprit tranquille."

Bien-être et réconfort

En Belgique, les chats et les chiens sont les animaux de compagnie les plus populaires. En 2014, les Belges détenaient presque 2,2 millions de chats et 1,5 million de chiens (2). Passer du temps avec un animal réduit le niveau de cortisol (hormone du stress) et augmente les hormones du bonheur, ce qui apporte une sensation de bien-être et de calme. L'animal ressent les émotions de son maître et lui apporte du réconfort (1).
L’adage populaire veut que "le chien soit le plus fidèle ami de l’homme". "Et pour une personne âgée, l’animal de compagnie est parfois aussi son dernier ami", ajoute Christiane Claes. La séparation avec ce compagnon s’ajoute à l’épreuve de l’hospitalisation ou de l’entrée en maison de repos. "La crise du Covid-19 l’a encore mis en lumière, nous voyons au quotidien l'importance d'un animal de compagnie, précise John Smets, vétérinaire. Nous vivons dans une société où il y a moins de contacts humains et où beaucoup de choses passent par les médias sociaux. Un animal est toujours là pour vous soutenir, il est toujours partant, il ne juge pas. C'est un lien tellement fort et enrichissant."

Une fillette joue avec deux bobtails© Villa Samson

Dirk Danschutter, chef infirmier des soins intensifs de l’hôpital des enfants de l’UZ Brussel, en est également convaincu. En 2015, il obtient l'autorisation de son directeur de construire, à 300 mètres de l'hôpital, un espace pour que les patients puissent rencontrer leur animal domestique. Dany Verbiest (l'un des créateurs de la série Fred & Samson qui met en scène une marionnette bobtail) devient le parrain du projet. Le nom est tout trouvé : Villa Samson. Pour ceux qui souhaitent revoir leur animal pendant leur hospitalisation, un petit salon leur est réservé pour qu'ils se sentent à l'aise. Il y a quelques règles importantes à respecter pour les visites à Villa Samson : tous les patients sont les bienvenus tant que le médecin donne son autorisation et l'animal doit être en ordre au niveau des vaccins, des vermifuges et traité contre les parasites.
Dans le cadre de cette expérience pionnière en Belgique, les bénévoles de ce projet, une infirmière à temps plein et la coordinatrice, Vicky De Baere, proposent également des activités gratuites pour tous les patients de l'UZ Brussel. Trois chats maine coon soyeux et sociables - Misti, Luna et Chris – vivent sur place. Durant les après-midis, un bénévole emmène son propre chien dans l'établissement. Il peut s'agir d'un bobtail, d'un golden retriever, d'un cavalier, d'un chihuahua, d'un yorkshire… "L'effet bénéfique sur les patients, qu’il s’agisse d’enfants, d'adultes ou de personnes en gériatrie est incroyable, s’enthousiasme Vicky. Ils quittent leur chambre, ils mangent une friandise, ils parlent avec les volontaires et passent du temps avec les animaux présents. Ils sortent de leur solitude. Les animaux sont en quelque sorte un médicament à quatre pattes pour les patients." Le vétérinaire insiste : "En cas d'hospitalisation, et encore plus avec le Covid-19, certaines personnes sont très isolées. Ce genre de soutien moral est très précieux."
En collaboration avec l'hôpital des enfants, la Villa Samson organise des séances thérapeutiques avec un psychologue. "Les enfants parlent beaucoup plus en présence d'un animal", constatent Vicky et l'équipe de psychologues. Pour encourager les enfants diabétiques à faire de l’exercice physique, des promenades en forêt sont proposées. "Certains enfants n'ont pas envie de bouger, ne se sentent pas bien, ajoute Vicky. C'est un calvaire pour eux de se mettre sur un vélo, sur un step ou de faire des exercices avec un kiné mais c'est un plaisir de sortir dans les bois en compagnie de mon golden retriever !"


Le docteur Smets souligne que l'animal de compagnie incite à créer des liens avec d'autres personnes : "Lorsqu'une personne âgée et isolée sort avec son chien, elle parle avec plus de personnes dans la rue que si elle marchait seule. De plus, cela l'oblige à bouger et c'est bénéfique."

Et l'après-vous ?

À Villa Samson, il est également possible d'organiser la visite de l'animal lorsque la personne est en soins palliatifs :"Nous voulons offrir au patient la possibilité, dans les derniers moments de sa vie, de passer du temps avec son animal et sa famille", commente Vicky De Baere.
S'occuper d'un animal procure beaucoup de bonheur mais en tant que propriétaire, cela implique également des responsabilités. S'assurer de l'avenir de l'animal, lorsqu'il n'est plus possible de s'en occuper ou lors du décès, en fait partie. Pour Christiane Claes, c'est crucial : "Il est important de prendre ses précautions et de réfléchir à certaines dispositions pour son animal de compagnie. La famille n'a pas toujours la possibilité ou l'envie de s'en occuper."
Assurer la prise en charge d'un animal, quel que soit son âge ou son état de santé, est primordial selon la fondatrice du projet "Binôme humain-animal". "J'ai déjà fait adopter un chien de 17 ans sourd et aveugle, une petite chienne paralysée et incontinente. Je fais également mon possible pour ne pas séparer les animaux qui ont vécu ensemble. Des familles ont adopté des duos, des trios et même un quatuor." L’asbl peut être appelée par un service de soins palliatifs, par les services sociaux, par la police… Pour disposer de toutes les informations nécessaires concernant l'animal, le propriétaire est invité à remplir un document de prise en charge. Il reçoit également une carte SOS à glisser dans un portefeuille. "Récemment, une personne l'avait laissée en évidence à son domicile. Lorsque la police a constaté le décès, elle m'a contactée pour que je m'occupe des deux chats", conclut Christiane Claes.  

(1) Baromètre réalisé par l'institut Ipsos en 2020 pour Santé Vet.

(2) Chiffres du SPF Economie provenant du site bepefa.eu/fr/faits-et-chiffres.

 

Pour en savoir plus ...

L'asbl Binôme humain – animal : 0473/37.36.35 • binome.humainanimal@gmail.com • binomehumainanimal.com

L'asbl Villa Samson :0472/20.21.11 • info@villasamson.be • villasamson.be