Retour à Vivre ensemble et citoyenneté

Le secteur associatif, un pilier social et économique

(c)Istock (c)Istock

La crise sanitaire sans précédent que nous traversons a mis en lumière le rôle déterminant des femmes et des hommes actifs dans les soins de santé, les structures d'accueil et d'hébergement, les services de soutien et d'aides aux personnes, etc. Les institutions belges sans but lucratif contribuent aussi grandement à la richesse de notre économie et à l'emploi. C'est ce que confirme la Fondation Roi Baudouin (FRB), chiffres à l'appui.


19.000. C'est le nombre d'institutions belges sans but lucratif (ISBL) officiellement répertoriées par la Banque nationale de Belgique (BNB). Ce secteur regroupe les associations sans but lucratif, les fondations, les unions professionnelles, les syndicats, les partis politiques constitués en associations de fait… Soucieuse de cartographier et d'accroître la visibilité du secteur associatif, la FRB vient de publier un rapport détaillé sur le poids économique des ISBL, en collaboration avec la BNB et l’Observatoire de l’engagement sociétal.
Premier enseignement : avec une valeur ajoutée de 5,4% du produit intérieur brut (PIB), le secteur des ISBL contribue de manière significative à la création de richesse dans l’économie belge. Entre 2009 et 2017, sa valeur ajoutée brute a connu une augmentation plus soutenue que la moyenne de l’économie, même si cette tendance s’est quelque peu inversée depuis 2014. Cette richesse est principalement créée par les institutions qui relèvent de la santé (hôpitaux, maisons médicales, centres de santé…) et de l’action médico-sociale (maisons de repos et de soins, services de soins résidentiels pour personnes avec un handicap, centres d’accueil et de protection pour personnes en difficulté…).
Second constat : à forte intensité de main-d’oeuvre, le secteur associatif belge crée relativement plus d'emplois que le reste de l'économie (81.700 emplois créés depuis 2009). Avec près de 500.000 salariés occupés en 2017, les ISBL occupent 12,6 % de l'emploi salarié total du pays. Sans surprise, les institutions relevant de la santé et de l’action médico-sociale concentrent ensemble le plus grand nombre de travailleurs (70,5% de l’emploi salarié des ISBL). Dans le contexte démographique d'une population vieillissante, la santé et le médico-social devraient constituer des moteurs de la croissance future du secteur des ISBL dans l'économie, prédit la FRB. L'actualité ne peut que conforter cette analyse…

Pour en savoir plus ...

"Le poids économique des institutions sans but lucratif en Belgique", FRB et BNB, mai 2020. Le rapport complet est consultable sur bonnescauses.be, une plateforme qui offre une visibilité aux organisations.

Avec près de 500.000 salariés occupés en 2017, les institutions sans but lucratif occupent 12,6 % de l'emploi salarié total du pays.