Retour à Volontariat

Le volontariat, force vive de la MC

©Aster ©Aster

En 2022 se tiendra la sixième édition des élections mutualistes. Objectif : élire les membres de la MC qui, pendant six ans, constitueront la nouvelle assemblée générale de la mutualité. Jean-Baptiste Dayez, responsable volontariat et participation à la MC, revient sur l’importance du volontariat sous ses différentes formes au sein de la MC et ses mouvements socio-éducatifs.


En Marche : Pourquoi organiser des élections parmi les membres de la MC ?

J-B Dayez : En 1990, une loi a été promulguée pour que toutes les mutualités du pays organisent des élections auprès de leurs membres afin qu’ils choisissent ceux qui, parmi eux, pourront les représenter et gérer leur mutualité. Depuis 1992, en Belgique, des élections sont donc organisées tous les six ans suivant des règles précises et contrôlées par un organe de contrôle indépendant, l’Office de contrôle des mutualités (OCM). Les personnes élues sont des membres de la MC qui s’impliquent volontairement dans la gestion de la mutualité et prennent des décisions sur des matières aussi complexes que les soins de santé. C’est un principe fort de démocratie et de participation citoyenne ancré dans nos valeurs.

EM : Quelles sont les responsabilités de ces volontaires ?

J-B Dayez : Dans bon nombre de structures, en Belgique, il y a une assemblée générale et un conseil d’administration qui prennent des décisions. À la MC, les volontaires élus ont pour mission d’orienter les décisions stratégiques et financières de la MC. Ils sont le relais entre les membres et les professionnels de la MC. C’est notamment grâce à eux que nous pouvons porter des messages politiques forts en matière de santé. On a tendance à l’oublier, mais une mutualité n’est pas seulement un service d’assurance maladie et invalidité. Les personnes qui posent leur candidature pour faire du volontariat de gestion sont conscientes du rôle social que joue la mutualité, tant dans le domaine de la protection sociale que de la promotion de la santé ; elles souhaitent participer à la défense de nos droits.

EM : N’est-ce pas trop lourd à porter pour des membres qui ne sont pas experts de la santé ?

J-B Dayez : La tâche est ardue, mais nous n’abandonnons pas les élus à leur sort. Forts de notre ancienneté et de notre expérience, nous avons pu développer une expertise dans les différentes matières liées à la santé, dont certaines qui sont très compliquées. Les volontaires de gestion sont accompagnés par nos professionnels. Au fil du temps, ils sont amenés à acquérir certaines compétences pour pouvoir assurer leur rôle de gestionnaires de façon optimale. L’implication de volontaires apporte une plus-value essentielle pour une gestion saine de la mutualité grâce à leur regard neuf, leur rapport aux réalités de terrain et leurs contacts avec d’autres membres. Les élus sont en mesure de pointer les besoins des membres qui ne sont pas suffisamment rencontrés.

EM : Nous venons d’aborder le volontariat de gestion à la MC, mais il existe différentes formes de volontariat. En quoi consistent-elles ?

J-B Dayez : On rencontre six formes de volontariat au sein de la MC : le volontariat de gestion (dont on vient de parler), celui de la militance et de l’engagement politique, le volontariat de signal, de relais et de représentation, le volontariat lié à la vie locale et l’animation, le volontariat de la promotion de la santé et enfin, celui du service et de l’aide à la personne. Mais ce n’est généralement pas aussi cloisonné : beaucoup de volontaires s’impliquent dans diverses formes de volontariat.

• La militance et l’engagement politique au sein de la MC consistent à défendre des valeurs, à militer et à s’engager pour des causes. Ce type de volontariat est notamment porté aux côtés de nos partenaires du MOC, de la CSC, de WSM (coopération internationale), etc. Des volontaires de la mutualité peuvent aussi décider de porter une parole au pouvoir communal ou régional. On a de nombreux messages politiques à faire passer. Le service études de la MC effectue de nombreuses recherches et analyses sur diverses thématiques liées aux soins de santé. C’est un outil important de "lobbying politique" auquel les volontaires ont accès et qui leur permet d’argumenter, chiffres à l’appui, sur les manquements dans telle ou telle région. Par exemple, le manque de gynécologues conventionnés.

• Le volontariat de type "signal, relais et représentation" a pour objectif de créer des liens, de relayer la parole des membres vers les lieux de décision ou de représenter la MC à l’extérieur. C’est un pan du volontariat très important à la MC. Plus il y a de volontaires investis dans ce type de mission sur le terrain, plus la MC est susceptible d’être en phase avec le monde et ses réalités. Quand les volontaires participent à une activité, ils nous font part de leurs retours sur ce qu’ils ont observé, vécu, etc. C’est très enrichissant pour construire notre action.

• Le volontariat autour de la vie locale et de l’animation permet de créer du lien social via l’animation d’activités. C’est aussi une façon de s’investir au niveau local. Concrètement, il s’agit d’organiser et/ou animer des activités en lien avec la santé, comme des activités sportives (Je cours pour ma forme ou encore Moving Family Day). Ce volontariat permet également d’organiser et/ou accompagner des séjours pour les jeunes, les seniors ou les personnes malades ou en situation de handicap. Il tourne aussi autour de l’organisation et/ou de l’animation de plaines pour enfants, de débats ou conférences sur divers thèmes, de formations, d’excursions ou d’activités culturelles. Cela peut aussi être tout simplement l’organisation d’un repas, d’une rencontre, d’une fête. Dans certains quartiers, cela permet de créer des groupes de citoyens pour insuffler des activités et sortir les habitants de leur isolement... ce qui contribue aussi à la santé par la création de liens sociaux.

• Le volontariat lié à la promotion de la santé est une des particularités dont la MC peut s’enorgueillir. Certains volontaires sont très sensibles aux questions de santé et très désireux de s’engager autour de ces questions. Par exemple, pour sensibiliser la population à la surconsommation des écrans. Ces volontaires trouvent au sein de la MC un réseau, des formations et des outils pour promouvoir certains messages de santé qui leur paraissent importants à partager. Ils ont à cœur d’informer et de former les membres à devenir acteurs de leur santé, dans un esprit positif et certainement pas moralisateur. Cela va se concrétiser par l’organisation de conférences, de débats/rencontres, par la participation à des groupes thématiques (aidants proches, droits du patient, par exemple). Eux aussi seront susceptibles de s’appuyer sur des études réalisées par la MC pour mettre en place des actions.

• Et enfin, le volontariat de service et d’aide à la personne est très présent au sein des mouvements socio-éducatifs de la MC comme Énéo, le mouvement des aînés et Altéo, le mouvement pour les personnes malades ou en situation de handicap. Ce volontariat consiste, comme son nom l’indique, à aider des personnes qui en ont besoin, à être à l’écoute de leurs difficultés, à tisser du lien social. Cela peut se concrétiser dans différentes actions : accompagner des personnes malades ou handicapées à leurs rendez-vous médicaux, rendre visite à des personnes isolées à domicile ou dans des institutions, accompagner des personnes démunies (exemple : Lion solidaire, Les Solidaires...), aider des personnes victimes de la fracture numérique dans leurs démarches administratives, mettre à dispositions des locaux vides pour des demandeurs d’asile ou des personnes sans abri... Pour les personnes plus à l’aise avec les enfants, les mouvements de la MC sont également actifs auprès des enfants porteurs de handicaps et dans les hôpitaux. Les volontaires de service et d’aide à la personne permettent aussi à des personnes moins valides de participer à un festival ! C’est tout un tissu humain, solidaire qui se déploie autour de personnes plus fragilisées.

EM : En quoi le volontariat est-il important pour la MC ?

J-B Dayez : À la MC, on croit profondément au volontariat comme force dans la société. Il est en effet largement reconnu comme facteur de bien-être et bénéfique pour la santé. Il donne du sens à la vie, tant pour les volontaires que pour les personnes qui bénéficient de leur action. Alors que le travail rémunéré est souvent insatisfaisant sur certains aspects, exercer une activité plus autodéterminée est gratifiant : dans le volontariat, on décide de ce que l’on entreprend à la mesure de notre temps, notre énergie, etc. C’est "le monde du gratuit" par rapport au capitalisme. La notion de don se démarque de l’offre payante omniprésente : être volontaire, c’est adhérer à une philosophie de l’entraide entre personnes. Le volontariat peut aussi servir d’apprentissage, être une porte d’entrée pour découvrir de nouveaux domaines d’activités. C’est pour toutes ces raisons que la MC veut promouvoir le volontariat dans notre société de façon générale, même si elle a aussi besoin de ce volontariat en son sein car il amène de la vie, des interactions, des échanges dans ses structures. Toutes les activités organisées mettent en exergue les besoins et réalités des membres dont la MC n’aurait pas toujours conscience si elle s’en tenait seulement à un rôle plus formel et moins proche des personnes.

Pour en savoir plus ...

Intéressé(e) par le volontariat à la MC ? Rendez-vous sur mc.be/volontariat